Site de formation à la lecture de l'ElectroCardioGramme.

Utilisateur 

Mot de passe 
 
  Physiologie
  Technique
  Terminologie
  Arythmie SV
  Arythmie V
  Blocs
  Coronaropathie
  Cardiopathie
  Toxique/métabolique
  Traitement
  Général
 
 
 
 
Quiz

  Quiz
Arythmie SV
Arythmie V
Blocs
Cardiopathie
Coronaropathie
Physiologie
Technique
Toxique/métabolique
Traitement
 
 
 
 
Dr Pierre Taboulet
Pierre Taboulet
Cardiologue
Urgentiste
Hôpital Saint-Louis (APHP)

 
Nouveau

ISBN : 978-2-35640-183-0

Éditeur
S-EDITIONS
(Ed. 01/2018)
 
 
 
 
ECG d’une femme de 40 ans au cours d’une intoxication médicamenteuse.
Mauvaise réponse, la bonne réponse était
L'intoxication par des médicaments stabilisant de membrane (effet quinidine-like) affecte, à doses modérées, la repolarisation qu'ils prolongent puis, à doses fortes, la conduction supra et intraventriculaire (QRS larges). Les trois classes médicamenteuses qui possèdent la plus forte activité stabilisante de membrane sont les antidépresseurs tricycliques et apparentés, les antiarythmiques de classe I et les antipaludéens. Les QRS sont larges, mais il n'y a pas de bloc de branche. Les anomalies de conduction intraventriculaire se rencontrent avec les stabilisants de membrane, mais également dans d'autres circonstances comme l'hyperkaliémie, les ondes surajoutées (onde delta en cas de faisceau accessoire, onde epsilon en cas de dysplasie du ventricule droit arythmogène, onde J pour l'hypothermie, le spike d'un pacemaker), les rythmes ventriculaires et le syndrome de Brugada. A noter qu’un syndrome de Brugada transitoire est fréquent au cours des intoxications aux tricycliques.
 
 
Vous êtes le 16258155 visiteurs.