Site de formation à la lecture de l'ElectroCardioGramme.

Utilisateur 

Mot de passe 
 
  Physiologie
  Technique
  Terminologie
  Arythmie SV
  Arythmie V
  Blocs
  Coronaropathie
  Cardiopathie
  Toxique/métabolique
  Traitement
  Général
 
 
 
 
Battement de capture
Bêtabloquants
Bigéminisme
Bitachycardie
Bloc
Bloc auriculo-ventriculaire
Bloc AV 1er degré
Bloc AV 2ème degré 1. généralités
Bloc AV 2ème degré 2. Mobitz I
Bloc AV 2ème degré 3. Mobitz II
Bloc AV 2ème degré 4. bloc 2/1
Bloc AV 2ème degré 5. bloc 2/1 masqué
Bloc AV 2ème degré 6. haut degré
Bloc AV 2ème degré 7. Pseudobloc
Bloc AV 3ème degré
Bloc bifasciculaire
Bloc bifasciculaire (antérieur)
Bloc bifasciculaire (postérieur)
Bloc de branche 1. généralités
Bloc de branche 2. droit complet
Bloc de branche 2. droit incomplet
Bloc de branche 3. gauche complet
Bloc de branche 3. gauche FAUX
Bloc de branche 3. gauche incomplet
Bloc de branche 4. bilatéral
Bloc de branche 5. déguisé
Bloc de branche 6. fonctionnel
Bloc de branche 7. ralentisseur
Bloc de branche 8. bloc en phase 3
Bloc de branche 9. bloc en phase 4
Bloc de sortie
Bloc fasciculaire
Bloc fasciculaire antérieur gauche
Bloc fasciculaire postérieur gauche
Bloc fasciculaire septal gauche
Bloc focal
Bloc infranodal
Bloc inter-atrial
Bloc intranodal
Bloc intraventriculaire
Bloc péri-infarctus
Bloc sino-atrial
Bloc sino-atrial du 1er degré
Bloc sino-atrial du 2ème degré
Bloc sino-atrial du 3ème degré
Bloc trifasciculaire
Blocs Traitement en urgence
Bradyarythmie
Bradycardie
Bradycardie sinusale
Bradycardie sinusale inappropriée
Branches du faisceau de His
 
 
 
 
Bêtabloquants

Antiarythmiques de classe II qui s’opposent à l’effet des catécholamines sur le myocarde. Ils ralentissent la dépolarisation sinusale, freinent la conduction dans le nœud AV et diminuent l’excitabilité. Ils interfèrent aussi avec le couplage excitation-contraction et sont dépresseurs myocardiques.

Ils ralentissent la fréquence cardiaque et peuvent allonger l’intervalle P-R. Ils peuvent entraîner une bradycardie sinusale, aggraver un bloc AV et/ou une dysfonction sinusale. Ils ne modifient pas la durée des QRS ni celle du QT. Néanmoins, le propranolol possède un effet stabilisant de membrane et le sotalol est antiarythmique de classe III ce qui prolonge aussi l’intervalle QT. 

I - Utilisation par voie intraveineuse

A - Les bêtabloquants sont utilisés comme antiarythmique - si l’hémodynamique et la fonction ventriculaire gauche le permettent - en priorité (grade I) pour :

   - ralentir une fibrillation atriale

- ralentir une tachycardie atriale focale (sauf surdosage digitalique)

- le traitement des TV polymorphes récurrentes, tout particulièrement si une ischémie coronaire est suspectée ou ne peut être exclue, et celui des TV polymorphes catécholaminergiques.

B - Ils sont indiqués (grade II) pour :

- réduire une TV monomorphe chez un patient coronarien ou une TV idiopathique comme par exemple une TV infundibulaire (grade IIa).

- réduire une tachycardie atriale focale - mais possèdent dans ce cas une efficacité limitée - ou pour ralentir un flutter (IIa).

- réduire une tachycardie jonctionnelle (IIb), mais sont moins efficaces que l’adénosine.

C - Ils ne sont pas recommandés (grade III) pour le traitement d’une tachycardie à QRS larges d’origine inconnue.


PosologiesLa dose de charge d’aténolol pour ralentir ou réduire une tachycardie est de 5 à 10 mg IV lent (1 mg par minute) suivie 15 minutes plus tard de 50 mg per os. Celle de l'esmolol est 0,5 mg/kg IV en 1 minute suivie de perfusions croissantes de 50 à 200 μg/kg/min en 4 minutes.

 

II - Utilisation par voie orale : voir Wikipedia

 

Les antidotes des bêtabloquants sont le glucagon et/ou les catécholamines.


--------------
Blomström-Lundqvist C (2003);
Zipes DP (2006)
 
 
 
 
 
 
Dr Pierre Taboulet
Pierre Taboulet
Cardiologue
Urgentiste
Hôpital Saint-Louis (APHP)

 
Nouveau

ISBN : 978-2-35640-183-0

Éditeur
S-EDITIONS
(Ed. 01/2018)
 
 
Vous êtes le 14488489 visiteurs.