Site de formation à la lecture de l'ElectroCardioGramme.

Utilisateur 

Mot de passe 
 
  Physiologie
  Technique
  Terminologie
  Arythmie SV
  Arythmie V
  Blocs
  Coronaropathie
  Cardiopathie
  Toxique/métabolique
  Traitement
  Général
 
 
 
   
 
 
 
Bloc AV du 2ème degré 2. Mobitz I

Interruption complète de la conduction AV après certaines impulsions auriculaires : l’intervalle P-R s’allonge progressivement jusqu’à une seule onde P bloquée (phénomène de Wenckebach) [1].

La période de Luciani-Wenckebach la plus fréquente est 3:2 (trois ondes P pour deux QRS); des périodes très longues (ex 10:9 ou davantage) sont rares et peuvent passer inaperçues. Contrairement au type II, l’intervalle P-R qui succède à l’onde P bloquée est le plus souvent allongé. De plus, la durée de la pause incluant l'onde P bloquée est inférieure à deux fois la longueur du cycle PP. La période s'achève parfois sur un écho auriculaire, due à une conduction rétrograde auriculaire anticipée à partir d'une réentrée intranodale.

Dans sa forme typique qui représente moins de 50 % des blocs de type I, l'incrément du PR (augmentation de durée après chaque onde P) est maximal entre le premier et le second complexes conduits puis décroît régulièrement ce qui entraîne un raccourcissement progressif des intervalles R-R. En effet, l’incrément du PR dépend de la distance à l’onde R précédente (« réciprocité R-P/P-R »). Quand l’incrément est decrescendo, avec un intervalle R-R qui diminue de façon paradoxale, on parle du paradoxe de Wenckebach. [2]

Dans les formes atypiques, l'incrément peut rester constant ou croitre mais parfois seul l'intervalle P-R du dernier complexe conduit peut augmenter. L'incrément du PR peut être faible et difficile à mesurer à la vitesse de 25 mm/s, ce qui entraîne parfois le diagnostic erroné de BAV II de type II. Parfois encore, l’incrément est important au point d’observer une conduction 2:1 ce qui rend difficile la différence avec le type II (cf. Bloc AV du 2ème degré : bloc 2/1). 

NB : Un intervalle P-R qui s'allonge jusqu'à une onde P bloquée peut correspondre à un bloc infranodal (de mauvais pronoctic) lorsqu'il est associé à un bloc de branche gauche ou un bloc bifasciculaire... Le massage sino-carotidien peut alors être très utile : s'il prolonge l'intervalle P-R c'est en faveur d'un bloc AV intra nodal...

 

Mécanisme d’un bloc de conduction supraventriculaire. Formation sur YouTube (P. Taboulet) : ici

-----------------------

[1] Upshaw CB Jr, Silverman ME. The Wenckebach phenomenon: a salute and comment on the centennial of its original description. Ann Intern Med. 1999;130(1):58-63 

[2] Djiane P et Deharo JC. Blocs auriculoventriculaires. Encycl Méd Chir (Elsevier, Paris), Cardiologie-Angéiologie, 11-032-A-10, 1999.

[3] Kwok CS, et al. Prolonged PR interval, first-degree heart block and adverse cardiovascular outcomes: a systematic review and meta-analysis. Heart. 2016;102(9):672-80.

 
 
 
 
 
Dr Pierre Taboulet
Pierre Taboulet
Cardiologue
Urgentiste
Hôpital Saint-Louis (APHP)

 
Ce site est construit à partir du livre

ISBN : 978-2-224-03101-5

publié chez
Vigot-Maloine
(Ed. 2010)
 
 
Vous êtes le 10633532 visiteurs.