Site de formation à la lecture de l'ElectroCardioGramme.

Utilisateur 

Mot de passe 
 
  Physiologie
  Technique
  Terminologie
  Arythmie SV
  Arythmie V
  Blocs
  Coronaropathie
  Cardiopathie
  Toxique/métabolique
  Traitement
  Général
 
 
 
   
 
 
 
Bloc intraventriculaire

Allongement du temps de conduction au sein du système de conduction ventriculaire et/ou au sein du myocarde ventriculaire (cf. Réseau de His-Purkinje). Ce blocage peut être permanent si structurel ou intermittent si fonctionnel. Il s’agit des blocs de branche ou fasciculaire et des blocs focaux ou encore de blocs distaux non systématisés.

Les blocs focaux sont en rapport avec une zone de nécrose, une calcification ou une zone de fibrose telle qu’on les observe au cours de maladie du muscle (hypertrophie, dysplasie, Brugada…) ou de maladie infiltrative ou inflammatoire (myocardite, amylose…)

Les blocs distaux appelés « blocs intraventriculaires non spécifiques » s’observent au cours du traitement par certains anti-arythmiques de classe I, en cas d’hyperkaliémie sévère ou intoxication par substances à effet stabilisant de membrane et parfois aussi au cours d’une myocardite, une hypothermie sévère ou une défaillance cardiaque terminale (cf. Resynchronisation biventriculaire).

Ils se traduisent par des QRS larges qui n'ont pas les critères d'un bloc de branche droit ou gauche ou lorsqu'un bloc de branche est beaucoup plus large qu'un bloc de branche ordinaire (ex. ≥ 155 ms). Pour Surawick AHA 2009, ce label s'emploie aussi quand l'aspect est celui d'un BBD en précordiales et d'un BBG en frontales et vice versa.

Signes associés fréquents : aspects de retard droit ET gauche, onde R en VR > 3 mm (toxique), QT très long. NB. Des QRS très larges avec distorsion de la partie finale du QRS et souvent des troubles de repolarisation doit faire évoquer une pathologie métabolique (hyperkaliémie), ischémique (infarctus aiguë) ou toxique (bloqueur du canal sodique).

Vidéo YouTube (P. Taboulet) : les Blocs Intraventriculaires

 

La durée d’un complexe QRS doit être mesurée dans la dérivation où elle est la plus longue, et au mieux en s’aidant du début et de la fin d’un même QRS observé dans plusieurs dérivations. Elle est inversement proportionnelle à la fraction d’éjection et au pronostic (cf. Complexe QRS large).

 
 
 
 
 
Dr Pierre Taboulet
Pierre Taboulet
Cardiologue
Urgentiste
Hôpital Saint-Louis (APHP)

 
Ce site est construit à partir du livre

ISBN : 978-2-224-03101-5

publié chez
Vigot-Maloine
(Ed. 2010)
 
 
Vous êtes le 9152310 visiteurs.