Site de formation à la lecture de l'ElectroCardioGramme.

Utilisateur 

Mot de passe 
 
  Physiologie
  Technique
  Terminologie
  Arythmie SV
  Arythmie V
  Blocs
  Coronaropathie
  Cardiopathie
  Toxique/métabolique
  Traitement
  Général
 
 
 
 
Capture sinusale
Cardiomyopathie
Cardiomyopathie amyloïde
Cardiomyopathie de stress Takotsubo
Cardiomyopathie dilatée
Cardiomyopathie hypertrophique
Cardiomyopathie hypertrophique apex
Cardiomyopathie rythmique
Cardiomyopathie/DVDA
Cardiomyopathie/DVDA : TV
Cardiopathie et Insuffisan cardiaque 1
Cardiopathie et Insuffisan cardiaque 2
Cardiopathie et Insuffisan cardiaque 3
Cardiopathie et Insuffisan cardiaque 4
Cardioversion
Cardioversion FA
Cardioversion FA et Fx accessoire
Cardioversion FA et infarctus
Cardioversion tachycardie régulière
Cardioversion TV monomorphe
Cardioversion TV polymorphe
Cardioversion/défibrillation électrique
Carvédilol
Chloroquine
Cocaïne
Commotio cordis
Communication interauriculaire
Complexe de fusion
Complexe d’échappement
Complexe électro-entraîné
Complexe QRS
Complexe QRS isodiphasique
Complexe ST/T de de Winter
Complexes QRS aberrants
Complexes QRS aberrants/ectopiques
Complexes QRS ectopiques
Complexes QRS fragmentés fins
Complexes QRS fragmentés larges
Complexes QRS larges
Complexes QRS modifiés par ischémie
Concordance du segment ST
Conduction accessoire
Conduction antidromique
Conduction cachée
Conduction décrémentielle
Conduction intracardiaque
Conduction nodale accélérée
Conduction orthodromique
Conduction rétrograde
Conduction supernormale
Contusion myocardique
Couplage
Courant de lésion
Critères de Sgarbossa
Cupule digitalique
Cœur de sportif
Cœur pulmonaire aigu
Cœur pulmonaire chronique
Cœur vertical
 
 
 
 
Complexe QRS
Signal électrique ECG qui traduit la dépolarisation bi-ventriculaire (cf. Activation électrique des ventricules). Il annonce le début de la systole. Par convention, la première déflexion négative est appelée onde Q, la première déflexion positive onde R (la seconde R’), la négativité suivant l’onde R, onde S.

L’analyse morphologique des QRS comprend le calcul de leur axe dans le plan frontal, leur durée et l’étude des différentes déflexions dans chaque dérivation.  

Le calcul de l'axe renseigne sur l'orientation/la morphologie des ventricules dans le thorax (hypertrophie ventriculaire, coeur pulmonaire aigu), mais aussi les proprietés de conduction intravrentriculaire (bloc fasciculaire, bloc intraventriculaire). L'axe des QRS perd de sa valeur sémiologique en cas de séquelle d'infarctus latéral haut ou inférieur. 

La durée du QRS est un paramètre délicat à mesurer. Il faut alligner verticalement les QRS sur 6 dérivations minimum et débuter la mesure à partir du début du QRS le plus précoce et la terminer à la fin du QRS le plus tardif [1]. La mesure sur une seule dérivation minore la valeur. Les ordinateurs fournissent des valeurs fiables sauf en cas de QRS de durée variable (la valeur proposée est alors une médiane). Cette mesure est indispensable pour comprendre la physiologie de la conduction intraventriculaire (bloc IV proximal, distal...), rechercher une hypertrophie ventriculaire ou une toxicité métabolique (ex. hyperkaliémie) ou toxique (ex. Stabilisant de membrane) [2].

L’analyse morphologique des QRS doit se faire dans chaque dérivation par comparaison avec l’aspect physiologique attendu.

 

Les QRS normaux

- En précordiales droites (V1-V2) on attend un aspect rS (cf. Dérivation V1),

 - En précordiales gauches (V5-V6) on attend un aspect qR (cf. Dérivation V6).

- Entre V1 et V6, on observe une progression harmonieuse des ondes R de V1 à V4 puis une décroissance jusqu’en V6, tandis que l’onde S  croît de V1 à V2 puis décroît jusqu’en V6. La zone de transition physiologique est située entre V3 et V4 sauf en cas de variante de la normale.

 

Les anomalies des QRS

Certaines sont dues à des erreurs de pose des électrodes

D'autres se reconnaissent à une signature spécifique qui traduit une pathologie (infarctus ancien, hypertrophie ventriculaire) ou un bloc de conduction proximal dans le systeme de His-Purkinje (vidéo bloc intraventiculaire)

D'autres enfin sont des anomalies non spécifques qui fragmentent ou prolongent le QRS de facon non spéficique d'une pathologie mais sont de mauvais pronostic (vidéo QRS fragmentés ou bloc intraventriculaire distal).

Références

[1] B Surawicz, R Childers, BJ Deal, et al.AHA/ACCF/HRS recommendations for the standardization and interpretation of the electrocardiogram: Part III: Intraventricular conduction disturbances: A scientific statement from the American Heart Association Electrocardiography and Arrhythmias Committee. J Am Coll Cardiol, 53 (2009), pp. 976–981

[2] Extramania F, Maisonblanche P. QRS interval: What is it? How to measure it? Journal of Electrocardiology 49 (2016) 670 674 

 
 
 
 
 
Dr Pierre Taboulet
Pierre Taboulet
Cardiologue
Urgentiste
Hôpital Saint-Louis (APHP)

 
Ce site est construit à partir du livre

ISBN : 978-2-224-03101-5

publié chez
Vigot-Maloine
(Ed. 2010)
 
 
Vous êtes le 12111646 visiteurs.