Site de formation à la lecture de l'ElectroCardioGramme.

Utilisateur 

Mot de passe 
 
  Physiologie
  Technique
  Terminologie
  Arythmie SV
  Arythmie V
  Blocs
  Coronaropathie
  Cardiopathie
  Toxique/métabolique
  Traitement
  Général
 
 
 
   
 
 
 
Distorsion terminale du QRS
La distorsion terminale du QRS correspond à une ischémie de grade 3 de la classification de Sclarovsky-Birnbaum [1].
 
Ces auteurs proposent deux critères diagnostiques dans les dérivations où figure le sus-décalage de ST : une disparition complète de l’onde S dans deux dérivations contiguës de configuration Rs ou une ascension majeure du point J avec un ratio J/R > 0,5 dans deux dérivations contiguës de configuration qR. Ces anomalies de la dépolarisation apparaissent en cas d’ischémie particulièrement sévère (diabétique, sujet âgé, atteinte tritronculaires...) [1] en rapport peut être avec un mauvais réseau collatéral ou une absence de préconditionnement métabolique.

La distorsion terminale du QRS est utile au diagnostic d’infarctus (segment ST douteux) et aggrave le pronostic en tant que marqueur indépendant [2]. On peut en rapprocher l’élargissement du complexe QRS qui est fréquemment associé et lui aussi de mauvais pronostic. En effet, à la phase aiguë d’un infarctus antérieur, pour chaque incrément de 20 ms du QRS au delà de 80 ms, la mortalité à J30 augmente de 30–40%.
 
Il faut donc considérer que les patients qui présentent une distorsion terminale du QRS vont faire une progression plus rapidement du stade d’ischémie réversible vers un infarctus sévère [1]. Cette considération est importante car un traitement préhospitalier spécifique pourrait diminuer la mortalité de ces patients à un an.
 
La distorsion terminale du QRS est un des quatre signes qui traduisent l’existence de complexes QRS modifiés par l’ischémie.  Ces signes dynamiques sont au nombre de quatre [2] :
la distorsion terminale du QRS,
la croissance ou décroissance inappropriée des ondes R,
l’apparition d’ondes q puis Q
et la fragmentation des QRS.
 
 
Références

[1] Birnbaum Y, Sclarovsky S. The grades of ischemia on the presenting electrocardiogram of patients with ST elevation acute myocardial infarction. J Electrocardiol 2001;34 Suppl:17-26.

[2] Taboulet P, Smith SW, Brady W.J. Diagnostic ECG du syndrome coronarien. Partie 3. Les anomalies des complexes QRS. Ann. Fr. Med. Urgence 2013; 3:151–159
 
Birnbaum Y et al. Distortion of the terminal portion of the QRS on the admission electrocardiogram in acute myocardial infarction and correlation with infarct size and long-term prognosis (Thrombolysis in Myocardial Infarction 4 Trial). Am J Cardiol. 1996;78(4):396-403.
 
 
Birnbaum Y, Herz I, Sclarovsky S, Zlotikamien B, Chetrit A, Olmer L, Barbash GI. Prognostic significance of the admission electrocardiogram in acute myocardial infarction. J Am Coll Cardiol. 1996;27:1128-32.
 
 
Fakhri Y et al. Clinical use of the combined Sclarovsky Birnbaum Severity and Anderson Wilkins Acuteness Scores from the pre-hospital ECG in ST-segment elevation myocardial infarction. JE 2014.
10.1016/j.jelectrocard.2014.03.009
 
 
 
Blog de SW Smith

 
 
 
 
 
 
Dr Pierre Taboulet
Pierre Taboulet
Cardiologue
Urgentiste
Hôpital Saint-Louis (APHP)

 
Ce site est construit à partir du livre

ISBN : 978-2-224-03101-5

publié chez
Vigot-Maloine
(Ed. 2010)
 
 
Vous êtes le 12188318 visiteurs.