Site de formation à la lecture de l'ElectroCardioGramme.

Utilisateur 

Mot de passe 
 
  Physiologie
  Technique
  Terminologie
  Arythmie SV
  Arythmie V
  Blocs
  Coronaropathie
  Cardiopathie
  Toxique/métabolique
  Traitement
  Général
 
 
 
   
 
 
 
Extrasystole jonctionnelle

Activité jonctionnelle prématurée, originaire du nœud AV (extrasystole nodale) ou du tronc du faisceau de His (extrasystole hisienne).

L’activité électrique d’une extrasystole jonctionnelle (ESJ) est trop faible pour générer une déflexion sur l’ECG de surface. Néanmoins, l’influx est propagé par voie antérograde (voie hisienne) vers les ventricules et/ou par voie rétrograde vers les oreillettes et les dépolarise ce qui permet d’en soupçonner l’existence. Les ESJ sont rares, mais les aspects ECG riches et variés.
Dans le cas d’une ESJ commune, l’influx emprunte la voie hisienne et dépolarise les ventricules : le QRS est de forme identique (ou très voisine) à celui des complexes sinusaux. Ce QRS est en général suivi par une onde P activée par voie rétrograde (donc négative en dérivations inférieures). Néanmoins, l’onde P rétrograde peut être masquée dans le QRS ou, plus rarement, précéder le QRS (avec un intervalle P-QRS < 0,12 sec).
Dans le cas d’une ESJ cachée (conduction cachée), l’influx emprunte la voie hisienne, mais dépolarise les ventricules avec aberration ventriculaire ce qui génère un QRS large ou bien l’influx remonte vers les oreillettes sans descendre dans la voie hisienne ce qui génère une onde P rétrograde négative. Dans le premier cas, le diagnostic erroné est celui d’extrasystoles ventriculaires, dans le second celui d’extrasystoles auriculaires bloquées.
Parfois, les ESJ sont complètement bloquées vers les oreillettes et les ventricules, mais freinent la conduction AV et sont responsables de pseudo-bloc. Il faut y penser lorsque (1) il y a un allongement brusque et inexpliqué d’un intervalle P-R ; (2) lorsqu’on voit un comportement de type BAV II type II en l’absence de bloc de branche ; (3) lorsqu’on voit un BAV II de type I et II sur le même tracé. [1]
 
Voir Blog de S. Smith : pseudo BAV II


[1] Langendorf R, Mehlman JS. Am Heart J (1947)
 
 
 
 
 
Dr Pierre Taboulet
Pierre Taboulet
Cardiologue
Urgentiste
Hôpital Saint-Louis (APHP)

 
Ce site est construit à partir du livre

ISBN : 978-2-224-03101-5

publié chez
Vigot-Maloine
(Ed. 2010)
 
 
Vous êtes le 11009056 visiteurs.