Site de formation à la lecture de l'ElectroCardioGramme.

Utilisateur 

Mot de passe 
 
  Physiologie
  Technique
  Terminologie
  Arythmie SV
  Arythmie V
  Blocs
  Coronaropathie
  Cardiopathie
  Toxique/métabolique
  Traitement
  Général
 
 
 
   
 
 
 
Hypokaliémie

Une baisse du potassium intracellulaire prolonge la phase 3 du potentiel d’action, ce qui peut modifier la repolarisation favoriser des arythmies et menacer le pronostic vital.

L’aspect ECG typique :
- d’une hypokaliémie modérée (déficit potassique entre 100 et 200 mmoles) comporte une onde U ample et positive qui domine l’onde T (cf. onde U).
- d’une hypokaliémie plus sévère entraîne un léger sous-décalage de ST qui abaisse la première partie de l’onde T.
- d’une hypokaliémie encore plus sévère (déficit potassique entre 300 et 400 mmoles) s’accompagne d’un aplatissement puis d’une onde T inversée qui confère, avec l’onde U ample terminale, un aspect en S italique couché, proche d’une imprégnation en amiodarone ou en quinidine. Le QT paraît allongé en raison de l’onde U. Un bloc AV du 1er degré est plus rarement possible. [1]
Néanmoins, la corrélation entre kaliémie et signes ECG est assez mauvaise. Un risque existe d'arythmie auriculaire (extrasystoles auriculaires, hyperexcitabilité auriculaire ou tachycardie supraventriculaire) et/ou ventriculaire (extrasystoles ventriculaires ou tachycardie ventriculaire dont la rare mais typique tachycardie ventriculaire bidirectionnelle). [2]
L'association d'une bradycardie à une hypokaliémie expose à des torsades de pointes ou des TV bidirectionnelles ou une FV. L’hypokaliémie potentialise la toxicité des digitaliques.
 
 
 
 
 
Dr Pierre Taboulet
Pierre Taboulet
Cardiologue
Urgentiste
Hôpital Saint-Louis (APHP)

 
Ce site est construit à partir du livre

ISBN : 978-2-224-03101-5

publié chez
Vigot-Maloine
(Ed. 2010)
 
 
Vous êtes le 12173837 visiteurs.