Site de formation à la lecture de l'ElectroCardioGramme.

Utilisateur 

Mot de passe 
 
  Physiologie
  Technique
  Terminologie
  Arythmie SV
  Arythmie V
  Blocs
  Coronaropathie
  Cardiopathie
  Toxique/métabolique
  Traitement
  Général
 
 
 
   
 
 
 
Infarctus 4. Inférieur

Infarctus de la paroi inférieure du ventricule gauche. C’est l’infarctus le plus fréquent. Son expression électrique et sa sévérité dépendent de l’artère impliquée, du caractère proximal ou distal de l’occlusion et du réseau collatéral (cf. Territoire électrique)....  

En phase aiguë, le diagnostic est généralement facile en cas dinfarctus avec élévation du segment ST. Le sus-décalage de ST est franc (≥ 1 mm) dans au moins deux dérivations du territoire inférieur (DII, DIII, VF). Un sous décalage de ST en miroir est quasi constant en latéral haut (VL > DI). Un miroir en V1-V3 suggère un infarctus basal associé et un miroir en V5-V6 suggère un infarctus du ventricule droit associé.

Dans tous les cas, l’extension à ces territoires devra être recherché par l’enregistrement des dérivations spécifiques (V7-V9 et V3R-V4R). L’extension au VD peut aussi être pressentie par l’examen de la dérivation V1 (située en regard du VD) devant une élévation du segment ST dont l’existence et l’amplitude aggravent le pronostic. L’extension à l’oreillette droite est associée à un sous décalage ≥ 2 mm du segment PR dans les dérivations inférieures. Elle s’accompagne d’un risque accru de tachycardie atriale et de complications mécanique (rupture de la paroi libre du VG).

Une bradycardie sinusale est fréquente. Un bloc AV de siège nodal (QRS fins) est possible, parfois complet, et sensible à l’atropine. Au cours de l’évolution, les ondes R sont rapidement rabotées pour donner place à une onde Q, une onde QS, ou des QRS fragmentés.

 

Vidéo YouTUbe (13 min) : Infarctus inférieur et complications rythmiques

Les diagnostics différentiels sont nombreux en particulier avec une péricardite aiguë ou une repolarisation précoce dans une forme localisée. Dans les cas difficiles (élévation modeste du ST, apparition d’ondes Q sans élévation du ST…) l'existence d'un sous-décalage de ST et d'une onde T inversée dans la dérivation VL (miroir) a une très forte spécificité en faveur d'une occlusion coronaire [1,2]. 

L'artère occluse (coronaire droite ou circonflexe) peut être reconnue par la lecture du tracé....[3]

Références 

[1] Blog de S. Smith 

Extremely subtle inferior MI

Chest Pain: What do you see on the ECG?

[2] Tikkanen JT et al. Early repolarization: electrocardiographic phenotypes associated with favorable long-term outcome. Circulation. 2011;123:2666-73 (téléchargeable)

[3] Greg RE et al. Automated discrimination of proximal right coronary artery occlusion from middle-to-distal right coronary artery occlusion and left circumflex occlusion in ST-elevation myocardial infarction. Journal of Electrocardiology 45 (2012) 343349

 
 
 
 
 
Dr Pierre Taboulet
Pierre Taboulet
Cardiologue
Urgentiste
Hôpital Saint-Louis (APHP)

 
Ce site est construit à partir du livre

ISBN : 978-2-224-03101-5

publié chez
Vigot-Maloine
(Ed. 2010)
 
 
Vous êtes le 10681080 visiteurs.