Site de formation à la lecture de l'ElectroCardioGramme.

Utilisateur 

Mot de passe 
 
  Physiologie
  Technique
  Terminologie
  Arythmie SV
  Arythmie V
  Blocs
  Coronaropathie
  Cardiopathie
  Toxique/métabolique
  Traitement
  Général
 
 
 
   
 
 
 
Intervalle Q-T

Temps qui sépare le début de la dépolarisation du myocarde ventriculaire (début du complexe QRS) de la fin de la repolarisation (fin de l'onde T). Il définit la systole électrique du ventricule. C’est un marqueur électrocardiographique fondamental en électrophysiologie et en pharmacologie en raison des liens entre la durée et la dispersion du QT et la survenue d’arythmies ventriculaires potentiellement fatales.

La mesure optimale de l'intervalle Q-T pose problème par absence de standardisation [2,3]. Elle est délicate car la durée du QT varie selon les dérivations (d’environ 50 ms), la fréquence cardiaque et le tonus adrénergique. La reproductibilité n’est pas excellente, surtout en cas de QT pathologique.

La mesure s’effectue au repos, dans un état physiologique stable, sur plusieurs cycles, en gardant la valeur la plus longue. Elle s'effectue pour certains en DII, V5, V6 [1], et pour d'autres dans la dérivation où le QT est le plus long et la fin de l’onde T la plus visible (généralement DII, V2, V3 ou V5) [2,3]. 

En cas d’arythmie, il faut attendre si possible plusieurs complexes QRS réguliers, car la durée de la repolarisation ne s’ajuste pas immédiatement à la fréquence cardiaque (cf. Phénomène d’Ashman). On peut aussi moyenner une dizaine de QT à des fréquences variables ou seulement deux extrêmes.

Un bloc intraventriculaire prolonge artificiellement le QT et gêne l’interprétation de la mesure (un QTc > 500 ms serait toujours pathologique). Une méthode d’ajustement devient nécessaire pour l’interprétation du QT (abaques incorporant la durée des QRS ou l’intervalle JT = durée du QT - durée du QRS) [3].

Une onde U peut parfois gêner le calcul. Dans ce cas, il faut chercher pour la mesure la dérivation où le QT est le plus long et les deux ondes distinctes : le point le plus bas entre les deux ondes peut être assimilée à la fin de l’onde T. (cf. Syncope and Bradycardia).

Si une onde U superposée est inévitable, la fin de l'onde T peut être précisée par le croisement entre la ligne de la pente terminale (descendante si T positive ou ascendante si T négative) de l'onde T et la ligne isoélectrique [2]. Dans d’autres cas, on peut utiliser la dérivation VL où l’onde U est invisible car d’axe perpendiculaire.

La valeur théorique du QT dépend du sexe, de l’âge et surtout de la fréquence cardiaque. Le QT est discrètement plus long chez les femmes jeunes (10 ms surtout avant 40 ans) et augmente légèrement avec l’âge (valeurs normales similaires chez les hommes et femme âgées). Il se raccourcit quand la fréquence cardiaque augmente. Pour interpréter un QT, il faut donc le comparer aux valeurs observées à une fréquence cardiaque similaire. Pour cela, on peut :

- utiliser une formule qui ajuste le QT en fonction de la fréquence (cf. Intervalle Q-T corrigé). 

- comparer le QT mesuré au QT théorique donné par les réglettes en fonction de la fréquence du patient. C’est une méthode de débrouillage. Une valeur supérieure à 10% du QT théorique doit donner l’alarme (cf. Syndrome du QT long). 

- utiliser la correspondance entre le QT mesuré et les valeurs obtenues avec les 5000 patients de la population de Fragmingham (cf. Figure).

 

Remarque : La méthode "Half the QT" est simple et permet de repérer les QT longs d'un coup d'oeil dans les valeurs normales à haute de fréquence cardiaque (> 60 /min) : le QT est considéré long s'il est plus grand que la moitié de l'intervalle RR. Mais cette règle sous-estime le nombre de vrais positifs de QT long (tout comme la formule de Bazett) quand la fréquence cardiaque est basse (< 60/min) ce qui peut sous estimer gravement le risque d'arythmie ventriculaire.


Al-Khatib SM et al. What clinicians should know about the QT interval. JAMA. 2003;289(16):2120-7


 

Goldenberg I, Moss AJ, Zareba W. QT interval: how to measure it and what is "normal". J Cardiovasc Electrophysiol. 2006;17(3):333-6.


 

Goldenberg I, Moss AJ. Long QT syndrome. J Am Coll Cardiol. 2008; 51(24):2291-300. Review. (téléchargeable)


 

Rautaharju PM et al. AHA/ACCF/HRS Recommendations for the Standardization and Interpretation of the Electrocardiogram. Part IV: The ST Segment, T and U Waves, and the QT Interval. Circulation 2009; 119(10):e241-50.

 

Postema PG, Wilde AA. The measurement of the QT interval. Curr Cardiol Rev. 2014;10(3):287-94. Review. (téléchargeable)

 
 
 
 
 
Dr Pierre Taboulet
Pierre Taboulet
Cardiologue
Urgentiste
Hôpital Saint-Louis (APHP)

 
Ce site est construit à partir du livre

ISBN : 978-2-224-03101-5

publié chez
Vigot-Maloine
(Ed. 2010)
 
 
Vous êtes le 8505644 visiteurs.