Site de formation à la lecture de l'ElectroCardioGramme.

Utilisateur 

Mot de passe 
 
  Physiologie
  Technique
  Terminologie
  Arythmie SV
  Arythmie V
  Blocs
  Coronaropathie
  Cardiopathie
  Toxique/métabolique
  Traitement
  Général
 
 
 
   
 
 
 
Isoprénaline

Molécule agoniste bêta-adrénergique.

- Elle active l’AMPc membranaire et augmente la force de contraction (inotrope positive).

- Elle facilite le courant calcique entrant (ICa), ce qui augmente l’automatisme du nœud sinusal et du nœud AV et améliore la conduction intranodale.

- Elle restaure rapidement la conductance sodique rapide (INa) et active la Na/K-ATPase membranaire ce qui augmente l’automatisme des pacemakers physiologiques (atriaux, jonctionnels ou ventriculaires), mais favorise l’automatisme anormal.

Pour ces raisons :  

- Elle est indiquée en cas de bradycardie extrême liée à des troubles sévères de conduction, soit parce qu’il faut tenter d’améliorer la conduction intranodale (bloc intranodal) soit parce qu’il faut accélérer la fréquence de dépolarisation des pacemakers accessoires (bloc infra-nodal).

- Elle est aussi indiquée au décours de l’arrêt cardiaque lorsque l’activité cardiaque réapparaît et en association au traitement étiologique des torsades de pointes.

- Elle est utilisée comme test de provocation au cours de certaines explorations électrophysiologiques à la recherche du caractère inductible d’une tachycardie ventriculaire.

 

La posologie efficace varie de 0,2 mg (1 amp.) à 10 mg/24 h. On peut débuter par 5 ampoules dans une seringue de 50 ml ou un pochon de G5% en 8 heures et adapter le débit en fonction de la réponse clinique.

 

 
 
 
 
 
Dr Pierre Taboulet
Pierre Taboulet
Cardiologue
Urgentiste
Hôpital Saint-Louis (APHP)

 
Ce site est construit à partir du livre

ISBN : 978-2-224-03101-5

publié chez
Vigot-Maloine
(Ed. 2010)
 
 
Vous êtes le 12122213 visiteurs.