Site de formation à la lecture de l'ElectroCardioGramme.

Utilisateur 

Mot de passe 
 
  Physiologie
  Technique
  Terminologie
  Arythmie SV
  Arythmie V
  Blocs
  Coronaropathie
  Cardiopathie
  Toxique/métabolique
  Traitement
  Général
 
 
 
   
 
 
 
Potentiel d action des fibres rapides

Potentiel d'action (PA) des cellules contractiles atriales, de His-Purkinje et contractiles ventriculaires.

Le PA des cellules de His-Purkinje se déroule en cinq phases avec un plateau:

- Phase 0 ou dépolarisation : l’ouverture des canaux Na+ génère un courant entrant de très forte amplitude (environ 120 mV), d’autant plus rapide et ample que le potentiel de repos était négatif. La vitesse de conduction entre deux cellules dépend de cette phase (loi de Weidmann).

- Phase 1 ou repolarisation initiale : les canaux Na+ sont inactivés, le Cl- pénètre dans la cellule, les canaux Ca²+ sont activés. Cette phase est assurée en partie par l’échangeur Na+/Ca2+ qui est électrogénique : 3 Na+ entrant pour 1 Ca²+ sortant

- Phase 2 ou repolarisation intermédiaire : courant calcico-sodique entrant en équilibre avec les courants potassiques sortants et qui dessine un plateau ;

- Phase 3 ou repolarisation terminale : inactivation de la conductance calcique et surtout courants potassiques sortants retardés, lents et puissants qui dessinent la phase descendante et ramènent le potentiel de membrane au niveau du potentiel maximum de repos (-90 mV). La repolarisation va permettre la réactivation du canal sodique rapide et la sortie de la période réfractaire.

- Phase 4 ou dépolarisation diastolique lente : en rapport essentiellement avec une réduction du courant potassique sortant (diminution de la conductance potassique). Cette dépolarisation spontanée est faible, mais permet un certain automatisme.

Le PA des cellules contractiles est similaire mais dépourvu de phase 1 et 4.

 
 
 
 
 
Dr Pierre Taboulet
Pierre Taboulet
Cardiologue
Urgentiste
Hôpital Saint-Louis (APHP)

 
Ce site est construit à partir du livre

ISBN : 978-2-224-03101-5

publié chez
Vigot-Maloine
(Ed. 2010)
 
 
Vous êtes le 10363797 visiteurs.