Site de formation à la lecture de l'ElectroCardioGramme.

Utilisateur 

Mot de passe 
 
  Physiologie
  Technique
  Terminologie
  Arythmie SV
  Arythmie V
  Blocs
  Coronaropathie
  Cardiopathie
  Toxique/métabolique
  Traitement
  Général
 
 
 
   
 
 
 
Pacemaker (c) signes intermittents
La stimulation électrique du coeur par le pacemaker peut être intermittente lorsque : 
- l'activité électrique du coeur est satisfaisante temporairement
- le pacemaker utilise des fonctions complexes pour économiser sa batterie (la nuit, etc) ou privilégier l'activation/conduction naturelle (hystérésis)
- un automatisme anormal prend la commande
- le pacemaker dysfonctionne

L’analyse de l’ECG d’un patient porteur de PM doit permettre de juger de la qualité de la détection et de la stimulation de la ou des deux cavités.

·      Stimulation atriale. Chaque spike atriale doit être efficace, suivi d’une dépolarisation atriale. En mode double chambre, la stimulation atriale peut manquer si la fréquence atriale du patient est plus rapide que la fréquence de stimulation programmée.

·      Stimulation ventriculaire. Chaque spike ventriculaire doit être efficace. En mode double chambre, la stimulation ventriculaire peut être absente si la conduction AV spontanée (intervalle P-R) est plus courte que le délai auriculo-ventriculaire (DAV) programmé. Cela est souvent le fait d’une programmation volontaire avec DAV long ou activation d’un algorithme de recherche de conduction intrinsèque lorsque la stimulation ventriculaire n’est pas impérative et que l’on souhaite conserver la séquence d’activation physiologique (« hystérésis »). Si le DAV est comparable au temps de conduction spontanée, on a une pseudo-fusion sans capture vraie.

·      Détection ventriculaire. Chaque QRS spontané, qu’il soit conduit ou extrasystolique, doit inhiber la stimulation ventriculaire. En mode DDD, si cette détection survient avant la détection ou la stimulation atriale, elle devra inhiber en outre la stimulation atriale.

·      Détection atriale. Chaque onde P doit inhiber la stimulation atriale et être suivie d’une stimulation ventriculaire ou d’un QRS avant la fin du DAV.

 
 
 
 
 
Dr Pierre Taboulet
Pierre Taboulet
Cardiologue
Urgentiste
Hôpital Saint-Louis (APHP)

 
Ce site est construit à partir du livre

ISBN : 978-2-224-03101-5

publié chez
Vigot-Maloine
(Ed. 2010)
 
 
Vous êtes le 10627323 visiteurs.