Site de formation à la lecture de l'ElectroCardioGramme.
 
  Physiologie
  Technique
  Terminologie
  Arythmie SV
  Arythmie V
  Blocs
  Coronaropathie
  Cardiopathie
  Toxique/métabolique
  Traitement
  Général
 
 
 
 
S1Q3
SCA Généralités
SCA non ST+. 1 aspects ECG
SCA non ST+. 2 Equivalents ST+
SCA non ST+. 3 Recommandations ESC
SCA non ST+. ST- diffus avec ST+ VR
SCA ST+ académiques
SCA ST+ subtiles
SCA ST+. 2 Trouble du rythme
SCA. Vidéos formation
Score de Romhilt-Estes
Score de Selvester (score QRS)
Score de TV (voir TV score)
Segment PR (ou segment PQ)
Segment ST (ou segment JT)
Séquelle de nécrose
Séquelle de nécrose et BBD
Séquelle de nécrose et BBG
Séquelle de nécrose et pacemaker
Signe de Cabrera
Signe de Chapman 
Signe de Spodick
Signe des oreilles de lapin
Sinus coronaire
Situs inversus
Sous-décalage de PQ (ou PR)
Sous-décalage du ST. généralités
Sous-décalage du ST. les étiologies
Spike
Stimulation électrique programmée
Stimulation œsophagienne
Strain pattern 
Super Wolff
Surcharge ventriculaire gauche
Sus-décalage de ST  : généralités
Sus-décalage de ST : ischémique
Sus-décalage de ST : non ischémique
Syncope
Syncope d’Adams-Stokes
Syncope réflexe
Syncope rythmique
Syndrome bradycardie-tachycardie
Syndrome coronarien aigu : voir SCA
Syndrome de Andersen–Tawil
Syndrome de Brugada : généralités
Syndrome de Brugada : type 1
Syndrome de Brugada : type 2
Syndrome de Dressler
Syndrome de Jervell et Lange-Nielsen
Syndrome de Lown-Ganong-Levine
Syndrome de repolarisation précoce
Syndrome de Romano-Ward
Syndrome de Wellens
Syndrome de Wolff-Parkinson-White
Syndrome de WPW : tachycardies
Syndrome du long QT acquis
Syndrome du P-R court
Syndrome du QT court
Syndrome du QT court congénital
Syndrome du QT long congénital
Syndromes de l\'onde J
 
 
 
 
Préexcitation ventriculaire 2. Pièges
L’importance de la préexcitation dépend du temps mis par l’influx atrial pour atteindre le ventricule par la voie accessoire par rapport au temps mis par ce même influx pour descendre simultanément dans la voie nodo-hissienne. Ce temps varie en fonction de la localisation et des propriétés physiologiques du faisceau accessoire en compétition avec la conduction nodo-hissienne (cf. Faisceaux accessoires). Ainsi, un « Kent latéral gauche » est rarement patent et donc la préexcitation minime ou invisible (« Kent caché »).
 
 
Une préexcitation peut donc être patente ou latente. Elle peut apparaître lors d’un ralentissement (stimulation vagale spontanée ou induite) ou une accélération de la fréquence cardiaque (stimulation atriale ou épreuve d’effort). Elle peut être minime, intermittente, claudiquante (1/2)... Elle peut disparaître avec l’âge.
 
Il existe donc une infinité de présentations ECG chez un même malade (variabilité en fonction du temps) ou d'un malade à l'autre.
 
Diagnostics différentiels
 
- Le BIG pose parfois problème car il fait seulement disparaître l’onde Q en I-VL et latéral gauche ce qui est compatible avec une PE latérale gauche mineure ou une PE fasciculo-ventriculaire.
 
- L’hypertrophie ventriculaire gauche peut s’accompagner d’un empâtement initial de l’onde R dans les dérivations gauches et simuler une PE. Une authentique préexcitation peut s’associer à une HVG dans le cadre des myocardiopathies de surcharge.
 
- La transition précoce de R en V2 (au lieu de V3 ou V4). Si l’ascension initiale de R est ralentie, une préexcitation est envisageable.
- Un pacemaker avec stimulation bipolaire du ventricule peut simuler une PE

 

 
 
 
 
 
 
Dr Pierre Taboulet
Pierre Taboulet
Cardiologue
Urgentiste
Hôpital Saint-Louis (APHP)

 
Nouveau

ISBN : 978-2-35640-183-0

Éditeur
S-EDITIONS
(Ed. 01/2018)
 
 
Vous êtes le 25585244 visiteurs.