Site de formation à la lecture de l'ElectroCardioGramme.

Utilisateur 

Mot de passe 
 
  Physiologie
  Technique
  Terminologie
  Arythmie SV
  Arythmie V
  Blocs
  Coronaropathie
  Cardiopathie
  Toxique/métabolique
  Traitement
  Général
 
 
 
   
 
 
 
Valvulopathie
L’ECG n’est pas un outil pour rechercher une valvulopathie débutante. Il peut être normal ou atypique et n’aide généralement pas dans la démarche diagnostique. Les valvulopathies sévères s’accompagnent d’anomalies de l’excitabilité, de la conduction et de dilatation/hypertrophie non spécifique des cavités cardiaques.

Insuffisance aortique

Les signes ECG associés sont : hypertrophie atriale gauche et hypertrophie ventriculaire gauche, parfois de type diastolique (avec ondes T positives en précordiales gauches). L’hypertrophie VG peut être particulièrement sévère et s’accompagner d’ondes q de pseudo nécrose au niveau des dérivations où R est proéminente. Le strain pattern est aussi un signe de sévérité, de mauvais pronostic.[1] Des troubles de conduction sur la branche gauche sont fréquents.

Insuffisance mitrale

Les signes ECG associés sont : hypertrophie atriale gauche et hypertrophie ventriculaire gauche, parfois de type diastolique (avec ondes T positives en précordiales gauches). Des troubles de conduction sur la branche droite sont fréquents. L'hypertension artérielle pulmonaire étant rare, les signes ECG d’hypertrophie ventriculaire droite sont généralement absents. Une hyperexcitabilité atriale voire une tachycardie atriale est fréquente au cours de l’évolution.

Rétrécissement aortique

Les signes ECG associés sont : hypertrophie atriale gauche, hypertrophie ventriculaire gauche (parfois gigantesque, de type systolique avec T < 0 en précordiales gauches). Le strain pattern est un signe de sévérité de l'hypertrophie, de mauvais pronostic.[2]

Rétrécissement mitrale

Les signes ECG associés sont : hypertrophie atriale gauche, hypertrophie atriale droite avec onde P mitrale, hypertrophie ventriculaire droite (aspect qR ou R exclusif en V1), hypertension artérielle pulmonaire. Une hyperexcitabilité atriale est fréquente au cours de l’évolution et en particulier une fibrillation atriale qui signe la sévérité du rétrécissement.


[1] Shah AS, Chin CW, Vassiliou V, et al. Left ventricular hypertrophy with strain and aortic stenosis. Circulation. 2014;130(18):1607-16.

[2] Greve AM, Boman K, Gohlke-Baerwolf C, et al. Clinical implications of electrocardiographic left ventricular strain and hypertrophy in asymptomatic patients with aortic stenosis: the Simvastatin and Ezetimibe in Aortic Stenosis study. Circulation. 2012;125(2):346-53 (téléchargeable)

 
 
 
 
 
Dr Pierre Taboulet
Pierre Taboulet
Cardiologue
Urgentiste
Hôpital Saint-Louis (APHP)

 
Ce site est construit à partir du livre

ISBN : 978-2-224-03101-5

publié chez
Vigot-Maloine
(Ed. 2010)
 
 
Vous êtes le 10626029 visiteurs.