Site de formation à la lecture de l'ElectroCardioGramme.

Utilisateur 

Mot de passe 
 
  Physiologie
  Technique
  Terminologie
  Arythmie SV
  Arythmie V
  Blocs
  Coronaropathie
  Cardiopathie
  Toxique/métabolique
  Traitement
  Général
 
 
 
 
Activation électrique cardiaque
Activation électrique des ventricules
Activité déclenchée
Anisotropie
Automatisme
Automatisme anormal
Bloc de sortie
Branches du faisceau de His
Capture sinusale
Complexe QRS
Complexes QRS larges
Conduction accessoire
Conduction antidromique
Conduction cachée
Conduction décrémentielle
Conduction intracardiaque
Conduction nodale accélérée
Conduction orthodromique
Conduction rétrograde
Conduction supernormale
Couplage
Cœur de sportif
Dépolarisation
Dromogramme
Dualité nodale
ECG : enfant
ECG : généralités
ECG : normal
ECG : sportif pathologique
ECG : sujet âgé
Echappement
Effet stabilisant de membrane
Excitabilité
Extrasystole
Faisceau accessoire
Faisceau de His
Fibres à réponse lente
Fibres à réponse rapide
Fibres de James
Fibres de Mahaïm
Formule de Bazett 
Fusion
Hyperautomatisme
Hypertonie vagale
Intervalle Q-T. 3b. QRS larges
Loi de Weidmann
Macroréentrée
Microréentrée
Myocytes
Nœud auriculo-ventriculaire
Nœud du sinus coronaire
Nœud jonctionnel
Nœud sinusal
Pacemaker (a) physiologique
Période réfractaire
Phénomène de Wenckebach
Phénomène d’Ashman
Phénomène d’interférence
Point de Wenckebach
Post-dépolarisations
Potentiel d action
Potentiel d action des fibres rapides
Potentiel de repos
Potentiel seuil
Potentiels tardifs ventriculaires
Préexcitation ventriculaire
Réentrée
Repolarisation
Repolarisation ventriculaire
Réseau de His-Purkinje
Rotation du coeur
Rotation longitudinale
Sinus coronaire
Situs inversus
Territoire électrique
Tissu nodal
Triangle de Coumel
Triangle d’Einthoven
Variabilité sinusale
Variantes ECG de la normale
Variantes repolarisation ventriculaire
Vecteur
Vulnérabilité auriculaire
 
 
 
 
Conduction cachée
Conduction intracardiaque modifiée par un phénomène électrique caché. Ce phénomène est un influx qui pénètre une portion de tissu spécialisé qu’il dépolarise, mais ne peut la franchir totalement car la conduction au-delà est déprimée. Il n’a pas de traduction électrique directe sur l’ECG de la portion de circuit dépolarisé, mais la dépolarisation modifie sa période réfractaire  du tissu sous jacent ce qui peut se traduire indirectement par un grand nombre de troubles du rythme
 
A – Pseudo-blocage 
- Ce phénomène s’observe lorsqu’un influx pénètre une région du cœur, qu’il la dépolarise et la rend réfractaire temporairement aux autres influx, mais ne peut la franchir totalement car la conduction au-delà est déprimée. Sur l’ECG on observe que les influx trop proches sont bloqués partiellement ou totalement.
- Cela explique certaines particularités des « complexes ultérieurs », en particulier des anomalies inattendues de la conduction AV ou pseudo-bloc : allongement inattendu de l’intervalle P-R, aspect inattendu de bloc AV du 2ème degré après une ou plusieurs ESJ ou ESV, bloc AV de haut degré au cours d’une fibrillation auriculaire ou absence d’échappement jonctionnel durant une pause ventriculaire.
- Cela explique aussi que la réponse ventriculaire au cours d’une fibrillation auriculaire soit lente (conduction ≥ 4:1) et que l’intervalle F-R au cours d’un flutter auriculaire soit habituellement compris entre 0,26 et 0,46 s. 
 
B - Tachycardies jonctionnelles
- Ce phénomène est impliqué dans la genèse et l’entretien de nombreuses tachycardies jonctionnelles en raison de certaines particularités de conduction (cf. Dualité nodale, Conduction orthodromique).
- C’est également un facteur régulateur de la réponse ventriculaire durant une tachycardie atriale ou une fibrillation/flutter auriculaire avec préexcitation (cf. Conduction décrémentielle). En effet, la conduction rétrograde cachée dans le nœud AV réduit la fréquence ventriculaire et prévient le risque de fibrillation ventriculaire.
  
C – Conduction supernormale
- Ce phénomène explique - à l’inverse - l’affinement paradoxal de certains complexes QRS larges ou la facilitation de la conduction AV lorsqu’un influx tombe sur une cellule censée être en période réfractaire (cf. Conduction supernormale).
 
 
Références :
 
Wagner GS (2007)
 
Besoain-Santander M et al. A-V conduction in auricular flutter. Circulation. 1950; 2(4):604-16. (téléchargeable)
 
Brembilla-Perrot B. Phénomènes électriques cachés. Arch Mal Cœur Vaiss 1995, vol. 88, NS1 (66 p.)  pp. 15-23
 
 
 
 
 
Dr Pierre Taboulet
Pierre Taboulet
Cardiologue
Urgentiste
Hôpital Saint-Louis (APHP)

 
Ce site est construit à partir du livre

ISBN : 978-2-224-03101-5

publié chez
Vigot-Maloine
(Ed. 2010)
 
 
Vous êtes le 9536147 visiteurs.