Site de formation à la lecture de l'ElectroCardioGramme.

Utilisateur 

Mot de passe 
 
  Physiologie
  Technique
  Terminologie
  Arythmie SV
  Arythmie V
  Blocs
  Coronaropathie
  Cardiopathie
  Toxique/métabolique
  Traitement
  Général
 
 
 
 
Ablation
Ablation de fibrillation atriale
Ablation de flutter
Adénosine. Indications
Adénosine. Mode d’emploi
Amiodarone
Antiarythmiques
Antiarythmiques de classe I
Antiarythmiques de classe II
Antiarythmiques de classe III
Antiarythmiques de classe IV
Arythmie et grossesse. Traitement
Atropine
Bêtabloquants
Blocs Traitement en urgence
Cardiopathie et Insuffisan cardiaque 2
Cardiopathie et Insuffisan cardiaque 3
Cardiopathie et Insuffisan cardiaque 4
Cardioversion
Cardioversion FA
Cardioversion FA et Fx accessoire
Cardioversion FA et infarctus
Cardioversion tachycardie régulière
Cardioversion TV monomorphe
Cardioversion TV polymorphe
Cardioversion/défibrillation électrique
Carvédilol
Défibrillateur/cardiov : généralités
Défibrillateur/cardiov : indications
Digitaliques 
Diltiazem (voir Inhibiteur calcique)
Entrainement électrosystolique
Fibrillation atriale 6. évaluation initiale
Fibrillation atriale 7a. risque/scores
Fibrillation atriale 7b. anticoagulant
Fibrillation atriale 8a. contrôle FC
Fibrillation atriale 8b. contrôle rythme
Fibrillation atriale 9a cardioversion
Fibrillation atriale 9b cardioversion ACG
Fibrillation atriale. 10 insuffisance card
Fibrillation atriale. 11 infarctus
Fibrillation atriale. 12 ablation v. pulm
Flécaïnide
Hyperkaliémie sévère : traitement
Hypertension artérielle : ESH/ESC
Inhibiteurs calciques (non-dihydroP)
Insuffisance cardiaque
Intervalle Q-T. 4b. Psychotropes
Isoprénaline
Lidocaïne
Magnésium
Manœuvres vagales
Massage sino-carotidien
Pacemaker (b) électronique
Pacemaker (c) signes ECG
Pacemaker (c) signes intermittents
Pacemaker (d) dysfonctions
Pacemaker (e) fonctions complexes
Pacing
Péricardite aiguë. 3 bilan et traitement
Quinidine
Réflexe sino-carotidien
Resynchronisation biventriculaire
SCA non ST+. 3 traitement médical
SCA non ST+. 4 évaluation
SCA non ST+. 5 prévention secondaire
Stimulation électrique programmée
Stimulation œsophagienne
Test à l’aimant
TJ 7. traitement
Trinitrine
TV 1f. traitement
Vérapamil (voir Inhibiteur calcique)
Vernakalant
 
 
 
 
Massage sino-carotidien
Massage d’une carotide sous-mandibulaire (près de laquelle passe le nerf pneumogastrique) à l'origine d'une stimulation vagale nodo-frénatrice (cf. Manoeuvre vagale).

Le MSC doit être pratiqué successivement d’un coté puis de l’autre pendant 7 à 10 secondes, sur un sujet couché, au repos. Il faut l’éviter chez les personnes âgées, en cas d’antécédent récent d’accident vasculaire cérébral et le proscrire en cas de souffle carotidien. Néanmoins, le risque de provoquer une embolie cérébrale de matériel athéromateux est faible. Dans une méta-analyse regroupant 7319 patients, une complication neurologique a été observée dans 21 cas (0,29%). 

Le MSC peut, soit ralentir une tachycardie paroxystique, soit l'arrêter, soit n'avoir aucun effet (selon le mécanisme en cause). Son efficacité est limitée aux tachycardies en rapport avec une réentrée (cf. Tachycardie jonctionnelle, tachycardie atriale par réentrée...). L’efficacité des manœuvres vagales pour réduire une tachycardie jonctionnelle est voisine de 15% (MSC ou Valsalva). L’efficacité augmente si on utilise successivement plusieurs manœuvres (1).

Le MSC est recommandé en premier intention, chez les sujets âgés (> 45 ans) « en présence de syncopes récidivantes ou de situations à risque, sans suspicion de cardiopathie ou de maladie neurologique » (2). « Le diagnostic de syncope vagale réfléxe est certain si une syncope ou une lipothymie est reproduite pendant ou immédiatement après le massage en présence d’une asystolie dépassant 3 secondes et/ou une chute de la pression systolique de 50 mm Hg ou plus (2). 

Cette recommandation francaise est formulée avec plus de précision par la société européenne de cardiologie (ESC) en 2009. Celle-ci recommande un MSC à tous les patients > 40 ans après une syncope dont l’étiologie reste inconnue après une première évaluation (Classe I B). Le MSC est diagnostic si la syncope est reproduite en présence d’une asystole > 3 secondes et/ou une chute de tension artérielle > 50 mm Hg (Classe I B) (4).

Le MSC est parfois utilisé pour aggraver temporairement un bloc AV du 1er degré et démasquer une onde P cachée dans une onde T. 


Références

1 - Lim SH et al. Comparison of treatment of supraventricular tachycardia by Valsalva maneuver and carotid sinus massage. Ann Emerg Med. 1998;31:30-5

2 - Pertes de connaissance brèves de l’adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes (Recommandations HAS 2008)

3 - Kumar NP et al. The usefulness of carotid sinus massage in different patient groups. Age Ageing. 2003 Nov;32(6):666-9 (téléchargeable)

4 - Task Force for the Diagnosis and Management of Syncope, European Society of Cardiology (ESC), European Heart Rhythm Association (EHRA), et al. Guidelines for the diagnosis and management of syncope (version 2009). Eur Heart J 2009; 30:2631.

 

 
 
 
 
 
 
Dr Pierre Taboulet
Pierre Taboulet
Cardiologue
Urgentiste
Hôpital Saint-Louis (APHP)

 
Ce site est construit à partir du livre

ISBN : 978-2-224-03101-5

publié chez
Vigot-Maloine
(Ed. 2010)
 
 
Vous êtes le 11366772 visiteurs.