Site de formation à la lecture de l'ElectroCardioGramme.

Utilisateur 

Mot de passe 
 
  Physiologie
  Technique
  Terminologie
  Arythmie SV
  Arythmie V
  Blocs
  Coronaropathie
  Cardiopathie
  Toxique/métabolique
  Traitement
  Général
 
 
 
 
Ablation
Ablation de fibrillation atriale
Ablation de flutter
Adénosine. Indications
Adénosine. Mode d’emploi
Amiodarone
Antiarythmiques
Antiarythmiques de classe I
Antiarythmiques de classe II
Antiarythmiques de classe III
Antiarythmiques de classe IV
Arythmie et grossesse. Traitement
Atropine
Bêtabloquants
Blocs Traitement en urgence
Cardiopathie et Insuffisan cardiaque 2
Cardiopathie et Insuffisan cardiaque 3
Cardiopathie et Insuffisan cardiaque 4
Cardioversion
Cardioversion FA
Cardioversion FA et Fx accessoire
Cardioversion FA et infarctus
Cardioversion tachycardie régulière
Cardioversion TV monomorphe
Cardioversion TV polymorphe
Cardioversion/défibrillation électrique
Carvédilol
Défibrillateur/cardiov : généralités
Défibrillateur/cardiov : indications
Digitaliques 
Digoxine. ESC 2012
Diltiazem (voir Inhibiteur calcique)
Entrainement électrosystolique
Fibrillation atriale 6. évaluation initiale
Fibrillation atriale 7a. risque/scores
Fibrillation atriale 7b. anticoagulant
Fibrillation atriale 8a. contrôle FC
Fibrillation atriale 8b. contrôle rythme
Fibrillation atriale 9a cardioversion
Fibrillation atriale 9b cardioversion ACG
Fibrillation atriale. 10 insuffisance card
Fibrillation atriale. 11 infarctus
Fibrillation atriale. 12 ablation v. pulm
Flécaïnide
Hyperkaliémie sévère : traitement
Hypertension artérielle : ESH/ESC
Inhibiteurs calciques (non-dihydroP)
Insuffisance cardiaque
Intervalle Q-T. 4b. Psychotropes
Isoprénaline
Lidocaïne
Magnésium
Manœuvres vagales
Massage sino-carotidien
Pacemaker (b) électronique
Pacemaker (c) signes ECG
Pacemaker (c) signes intermittents
Pacemaker (d) dysfonctions
Pacemaker (e) fonctions complexes
Pacing
Péricardite aiguë. 3 bilan et traitement
Quinidine
Réflexe sino-carotidien
Resynchronisation biventriculaire
SCA non ST+. 3 traitement médical
SCA non ST+. 4 évaluation
SCA non ST+. 5 prévention secondaire
Stimulation électrique programmée
Stimulation œsophagienne
Test à l’aimant
TJ 7. traitement
Trinitrine
TV 1e. traitement
Vérapamil (voir Inhibiteur calcique)
Vernakalant
 
 
 
 
Test à l’aimant

Application d’un aimant sur le boîtier d’un stimulateur cardiaque. La perte de la fonction sentinelle obtenue extériorise une stimulation asynchrone avec des modalités différentes selon les marques et les modèles (cf. stimulateur cardiaque: généralités) : une stimulation monochambre AAI ou VVI se transforme en AOO ou en VOO et une stimulation DDD en DOO avec raccourcissement du délai AV (pour devancer une éventuelle conduction naturelle).

L’intérêt est multiple :

- Test d’usure : vérification de la fréquence attendue sous aimant (« fréquence magnétique ») propre à chaque fabricant. La longévité d’un PM moderne avoisine 8 ans. On peut en général annoncer l’usure ou le dysfonctionnement si on observe une diminution de plus de 10 % de la fréquence magnétique.

- Test de fonctionnement : vérification de la capture auriculaire et/ou ventriculaire (néanmoins en fin de tracé, on peut observer parfois une perte de capture lié à un test de seuil)

- Restaurer une cadence ventriculaire « acceptable » lorsque survient un trouble du rythme atrial, la cadence ventriculaire peut être rapide si la fréquence maximum programmée est élevée. L’application de l’aimant permet de ralentir la cadence ventriculaire (qui devient le plus souvent égale à la fréquence sous aimant) et donne le temps d’interrompre la tachycardie.

- Inhibition de la stimulation ventriculaire chez un patient dépendant : dans de rares cas, l’inhibition de la stimulation ventriculaire est très fréquente, voire permanente. La cause la plus fréquente est l’inhibition par myopotentiels ou par écoute croisée du canal auriculaire sur le canal ventriculaire (cross talk). En attendant de reprogrammer le stimulateur, l’application de l’aimant permet de s’affranchir transitoirement de cette inhibition. Cela n’est pas possible si le test à l’aimant est transitoire.

- Interruption d’une  tachycardie par réentrée électronique. L’application de l’aimant rend « sourd » le stimulateur et l’empêche de synchroniser le ventricule sur l’onde P rétrograde. La tachycardie par réentrée électronique s’interrompt, mais peut redémarrer si la cause n’est pas traitée.

Il existe un risque théorique d’entraîner un trouble du rythme sur ventricule vulnérable, mais celui-ci est exceptionnel. Néanmoins, l’application d’un aimant sur le boîtier doit être réalisée sous surveillance scopique et ne doit pas être prolongée.

 

Lire aussi 
cardiac defibrillator shocks. Recommendations for acute and long-term patient management. ESC 2010
 

 

 
 
 
 
 
Dr Pierre Taboulet
Pierre Taboulet
Cardiologue
Urgentiste
Hôpital Saint-Louis (APHP)

 
Ce site est construit à partir du livre

ISBN : 978-2-224-03101-5

publié chez
Vigot-Maloine
(Ed. 2010)
 
 
Vous êtes le 10363797 visiteurs.