Site de formation à la lecture de l'ElectroCardioGramme.

Utilisateur 

Mot de passe 
 
  Physiologie
  Technique
  Terminologie
  Arythmie SV
  Arythmie V
  Blocs
  Coronaropathie
  Cardiopathie
  Toxique/métabolique
  Traitement
  Général
 
 
 
   
 
 
 
Intervalle Q-T. 2. technique de mesure

La mesure optimale de l'intervalle Q-T pose problème par absence de standardisation [2,3]. Elle est délicate car la durée du QT varie selon les dérivations (d’environ 50 ms), la fréquence cardiaque et le tonus adrénergique. La reproductibilité n’est pas excellente, surtout en cas de QT pathologique.

Comment mesurer le QT ? video P.Taboulet

La mesure s’effectue au repos, dans un état physiologique stable, sur plusieurs cycles, en gardant la valeur la plus longue [1, 2,3]. Elle s'effectue dans la dérivation où le QT est le plus long et la fin de l’onde T la plus visible (généralement DII ou parfois V5/V6).  La dérivation choisie doit éviter une onde T plate ou une surimposition de T avec une onde U. Si une onde U superposée est inévitable, la fin de l'onde T peut être précisée par la tangente entre la pente terminale de l'onde T (descendante si T positive ou ascendante si T négative) et la ligne isoélectrique (ligne T-P).  Si l’onde U est ample et fusionne avec l’onde T, la fin de l’onde U doit être considérée comme la fin approximative de l’intervalle Q-T.  

 

En cas d’arythmie temporaire, il faut attendre si possible plusieurs complexes QRS réguliers, car la durée de la repolarisation ne s’ajuste pas immédiatement à la fréquence cardiaque (cf. Phénomène d’Ashman). En cas d'arythmie complète, il faut moyenner une dizaine de QT à des fréquences variables ou seulement deux extrêmes et calculer le QTc en fonction de chacun des intervalles R-R respectifs.

 

Un bloc intraventriculaire prolonge artificiellement le QT et gêne l’interprétation de la mesure (un QTc > 500 ms serait toujours pathologique). Une méthode d’ajustement devient nécessaire pour l’interprétation du QT (abaques incorporant la durée des QRS ou l’intervalle JT = durée du QT - durée du QRS) [3].

Remarque : La méthode "Half the QT" est simple et permet de repérer les QT longs d'un coup d'oeil dans les valeurs normales à haute de fréquence cardiaque (> 60 /min) : le QT est considéré long s'il est plus grand que la moitié de l'intervalle RR. Mais cette règle sous-estime le nombre de vrais positifs de QT long (tout comme la formule de Bazett) quand la fréquence cardiaque est basse (< 60/min) ce qui peut sous estimer gravement le risque d'arythmie ventriculaire.

 
 
 
 
 
Dr Pierre Taboulet
Pierre Taboulet
Cardiologue
Urgentiste
Hôpital Saint-Louis (APHP)

 
Ce site est construit à partir du livre

ISBN : 978-2-224-03101-5

publié chez
Vigot-Maloine
(Ed. 2010)
 
 
Vous êtes le 12157432 visiteurs.