Site de formation à la lecture de l'ElectroCardioGramme.

Utilisateur 

Mot de passe 
 
  Physiologie
  Technique
  Terminologie
  Arythmie SV
  Arythmie V
  Blocs
  Coronaropathie
  Cardiopathie
  Toxique/métabolique
  Traitement
  Général
 
 
 
 
Alternance électrique de l’onde T
Alternance électrique des QRS
Artéfacts
Arythmie
Atrial(e) ou auriculaire
Auriculogramme
Axe des QRS
Axe droit ou hyperdroit
Axe gauche ou hypergauche
Axes particuliers
Battement de capture
Bigéminisme
Bitachycardie
Bradyarythmie
Bradycardie
Complexe de fusion
Complexe d’échappement
Complexe électro-entraîné
Complexe QRS isodiphasique
Complexes QRS ectopiques
Concordance du segment ST
Courant de lésion
Cupule digitalique
Cœur vertical
Déflexion
Déflexion intrinsécoïde
Dérivation
Dérivations concordantes
Déviation axiale
Dextrorotation
Discordance appropriée
Dissociation auriculo-jonctionnelle
Dissociation auriculo-ventriculaire
Dissociation électromécanique
Dissociation isorythmique
Echappement jonctionnel
Echappement ventriculaire
Écho atrial
Écho ventriculaire
Faisceau de Kent
Fréquence cardiaque
Fusion normalisante
Hypertrophie
Hypertrophie atriale droite
Hypertrophie atriale gauche
Intervalle
Intervalle P-R
Intervalle Q-T. 3a. QT corrigé (QTc)
Intervalle Q-T. 4a. Long
Intervalle R-R
Intervalle T-P
Inversion bénigne de l’onde T
Lésion sous-endocardique
Lésion sous-épicardique
Lévo-rotation
Ligne de base
Microvoltage
Nadir
Nœud hyperdromique
Onde delta
Onde epsilon
Onde f (fibrillation)
Onde F (Flutter)
Onde J
Onde J d’Osborn
Onde P
Onde P mitrale
Onde P pulmonaire
Onde P rétrograde
Onde P sinusale
Onde Q
Onde q septale
Onde R
Onde S
Onde T
Onde T ample
Onde T atriale (Ta)
Onde T inversée
Onde T inversée profonde
Onde U
Parasystolie
Pause
Point J
Précordium
Progression harmonieuse de R
QRS isodiphasiques
Repolarisation atriale
Repolarisation atypique du sujet jeune
Repolarisation féminine
Repolarisation masculine
Repolarisation précoce : anglais
Repolarisation précoce : francais
Repos compensateur
Retard droit
Retard gauche
Rotation antéropostérieure
Rotation transversale
Rythme
Rythme accéléré
Rythme d échappement
Rythme sinusal
S1Q3
Score de Romhilt-Estes
Segment PR (ou segment PQ)
Segment ST (ou segment JT)
Signe de Spodick
Sous-décalage de PQ (ou PR)
Sous-décalage du ST. généralités
Sous-décalage du ST. les étiologies
Spike
Strain pattern 
Super Wolff
Surcharge ventriculaire
Syncope
Syncope réflexe
Syncope rythmique
Syndrome de préexcitation
Syndrome du P-R court
Syndrome du QT court
Tachycardie
Tachycardies: classification ACC 2015
Temps d inscription de l onde R
Transition précoce
Trigéminisme
Troubles secondaires de repolarisation
Ventriculogramme
Zone de transition
 
 
 
 
Lésion sous-épicardique

Sus-décalage de ST (ST+) qui résulte d’une ischémie coronaire transmurale.

Le mécanisme électrophysiologique s’explique par la perte de capacité des cellules sous-épicardiques à atteindre une amplitude de dépolarisation identique aux cellules sous-endocardiques et/ou par une différence de potentiel de repos entre les deux couches.
Une lésion sous-épicardique traduit dans la majorité des cas une obstruction coronaire et plus rarement une souffrance ischémique fonctionnelle. Dans le premier cas, il s’agit de la phase initiale d’un infarctus ou plus rarement d’un angor spastique (dit « de Printzmetal »). Dans le second, il s’agit d’une souffrance ventriculaire majeure comme on l’observe au cours de certaines embolies pulmonaires sévères, après réanimation d’un arrêt cardiaque ou injection d’adrénaline.
Le critère qui permet d’évoquer un infarctusavec élévation du segment ST est « un nouveau sus-décalage de ST au niveau du point J dans au moins deux dérivations contiguës ou adjacentes : ≥ 0,2 mV chez l’homme et ≥ 0,15 mV chez la femme en V2-V3 ou ≥ 0,1 mV dans les autres dérivations ».[1] Ce critère manque de spécificité (cf. Sus-décalage de ST : étiologies) et de sensibilité. Certaines caractéristiques peuvent conforter le diagnostic de lésion sous-épicardique. Il s’agit de :

--> une amplitude notable et de l’aspect non-concave du segment ST+

--> l’existence d’un sous-décalage de ST dans les dérivations opposées (cf. Miroir)

--> une amplitude exagérée de l’onde T (cf. Onde T ample)

--> des modifications du complexe QRS (cf. Anomalies ischémiques du complexe QRS)

--> la perte de la discordance appropriée en cas de QRS larges (cf. Critères de Sgarbossa)

--> l’aspect rapidement évolutif des anomalies, spontanément ou après un test à la trinitrine 

Néanmoins, si ces caractéristiques renforcent notablement la spécificité des ST+, elles ne sont ni nécessaires ni suffisantes. En effet, certains infarctus n’entraînent qu’une faible déviation du ST et l’aspect concave se rencontre fréquemment au début de l’occlusion d’une interventriculaire antérieure [2] De plus, le miroir manque fréquemment et les ondes Q peuvent manquer au début des symptômes, ne jamais apparaître ou correspondre à des séquelles de nécrose ou des ondes Q de pseudonécrose. Enfin, la triade ST+, miroir et onde Q est fortement prédictive d’infarctus mais pas spécifique à 100%. Par exemple, des ondes Q et une lésion sous-épicardique qui persistent à distance d’un infarctus peuvent correspondre à un anévrysme ventriculaire ; de même certaines myocardites sont particulièrement trompeuses [3].
Formations Vidéo

(1) Les ECG non ST+ avec occlusion coronaire ou « équivalents ST+ » 

(2) Les ECG du SCA. Raisonnement médical combinant clinique et ECG.

(3) Taboulet P. Qu’est ce qui me fait penser à un SCA... ou non ? TUC 2013  (Paris) 

Une bonne connexion réseau est nécessaire (puis activer HD 720p)


[1] Thygesen K (2012)
[2] Smith SW (2006)
[3] Smith SW (2002)

Taboulet P. Diagnostic ECG du syndrome coronarien aigu. Partie 4. Les diagnostics différentiels. Ann. Fr. Med. Urgence 2013; 3:20-27

 

 
 
 
 
 
Dr Pierre Taboulet
Pierre Taboulet
Cardiologue
Urgentiste
Hôpital Saint-Louis (APHP)

 
Ce site est construit à partir du livre

ISBN : 978-2-224-03101-5

publié chez
Vigot-Maloine
(Ed. 2010)
 
 
Vous êtes le 10627298 visiteurs.