Site de formation à la lecture de l'ElectroCardioGramme.

Utilisateur 

Mot de passe 
 
  Physiologie
  Technique
  Terminologie
  Arythmie SV
  Arythmie V
  Blocs
  Coronaropathie
  Cardiopathie
  Toxique/métabolique
  Traitement
  Général
 
 
 
 
Alternance électrique de l’onde T
Alternance électrique des QRS
Artéfacts
Arythmie
Atrial(e) ou auriculaire
Auriculogramme
Axe des QRS
Axe droit ou hyperdroit
Axe gauche ou hypergauche
Axes particuliers
Battement de capture
Bigéminisme
Bitachycardie
Bradyarythmie
Bradycardie
Complexe d’échappement
Complexe électro-entraîné
Complexe QRS isodiphasique
Complexes QRS ectopiques
Concordance du segment ST
Courant de lésion
Cupule digitalique
Cœur vertical
Déflexion
Déflexion intrinsécoïde
Dérivation
Dérivations concordantes
Déviation axiale
Dextrorotation
Discordance appropriée
Dissociation atrio-jonctionnelle
Dissociation atrio-ventriculaire
Dissociation électromécanique
Dissociation isorythmique
Echappement jonctionnel
Echappement ventriculaire
Écho atrial
Écho ventriculaire
Faisceau de Kent
Fréquence cardiaque
Fusion normalisante
Hypertrophie
Hypertrophie atriale droite
Hypertrophie atriale gauche
Indice de TV : généralités
Indice de TV : généralités 2
Intervalle
Intervalle P-R
Intervalle Q-T. 3a. QT corrigé (QTc)
Intervalle Q-T. 4a. Long
Intervalle R-R
Intervalle T-P
Inversion bénigne de l’onde T
Lésion sous-endocardique
Lésion sous-épicardique
Lévo-rotation
Ligne de base
Microvoltage
Nadir
Nœud hyperdromique
Onde delta
Onde epsilon
Onde f (fibrillation)
Onde F (Flutter)
Onde J
Onde J d’Osborn
Onde P
Onde P mitrale
Onde P pulmonaire
Onde P rétrograde
Onde P sinusale
Onde Q
Onde q septale
Onde R
Onde S
Onde T
Onde T ample
Onde T atriale (Ta)
Onde T inversée
Onde T inversée profonde
Onde U
Parasystolie
Pause
Point J
Précordium
Préexcitation ventriculaire. 1
Progression harmonieuse de R
QRS isodiphasiques
Repolarisation atriale
Repolarisation atypique du sujet jeune
Repolarisation féminine
Repolarisation masculine
Repolarisation précoce : anglais
Repolarisation précoce : francais
Repos compensateur
Retard droit
Retard gauche
Rotation antéropostérieure
Rotation transversale
Rythme
Rythme accéléré
Rythme d échappement
Rythme sinusal
S1Q3
Score de Romhilt-Estes
Segment PR (ou segment PQ)
Segment ST (ou segment JT)
Signe de Spodick
Sous-décalage de PQ (ou PR)
Sous-décalage du ST. généralités
Sous-décalage du ST. les étiologies
Spike
Strain pattern 
Super Wolff
Surcharge ventriculaire gauche
Syncope
Syncope réflexe
Syncope rythmique
Syndrome du P-R court
Syndrome du QT court
Tachycardie
Temps d inscription de l onde R
Transition précoce
Trigéminisme
Troubles secondaires de repolarisation
TSV : classification ACC AHA HRS 2015
Ventriculogramme
Zone de transition
 
 
 
 
Préexcitation ventriculaire. 1

Activation prématurée d’une partie du myocarde ventriculaire par une voie de conduction anormale en compétition avec les voies normales de conduction AV.

Une préexcitation traduit l’existence d’une connexion AV (faisceaux de Kent, de très loin les plus fréquentes), nodo-ventriculaire, atrio-ventriculaire ou atrio-fasciculaire (fibres de Mahaïm), atrio-nodale (fibres de James) ou atrio-hisienne (voir figure Faisceau accessoire).
La prévalence sur un ECG de surface est estimée entre 0,13 et 0,25% des cas. Le diagnostic ECG de la forme typique repose sur une triade :

1.      Un raccourcissement de l’intervalle P-R inférieur à 120 ms. Plus l’intervalle P-R est court, plus un faisceau accessoire est probable (en l’absence de rythme jonctionnel). Néanmoins, l’intervalle P-R peut être normal en cas conduction naturellement lente dans un faisceau accessoire type Kent (peu perméable), de connexion nodoventriculaire ou nodofasciculaire qui débute au-delà du nœud AV ou de connexion atrio-fasciculaire par fibres de Mahaïm à conduction décrémentielle (cf. Syndrome du P-R court).

2.      Une préexcitation ou dépolarisation primitive du myocarde ventriculaire par le faisceau accessoire et qui se traduit un ralentissement initial (« empâtement) du pied du QRS ou onde delta. L’onde delta est essentielle au diagnostic de préexcitation sur un ECG, mais elle peut manquer en cas de faisceau de conduction qui shunte le nœud AV et se raccorde sur une des branches du His (ex. faisceau de James) ou un faisceau de conduction latent car uniquement perméable par voie rétrograde (« Kent caché », voir Conduction cachée) ou en raison de la prédominance de l’activation nodo-hissienne, comme au cours d’un faisceau de Kent gauche (dépolarisé plus tardivement que la voie nodo-hissienne).

3.      Le complexe QRS est élargi en raison de l’onde delta mais également en raison de l’activation primitive du myocarde indifférencié par le faisceau accessoire, parfois prédominante sur l’activation nodo-hissienne. Le complexe QRS résultant est un complexe QRS de fusion, différent d’un bloc de branche sauf dans le cas d’une activation directe d’un ventricule par un faisceau accessoire qui shunte le nœud AV (fibres de Mahaïm fréquemment responsable d’un aspect de bloc de branche gauche). 

Une préexcitation peut être patente, intermittente (> 10% des cas) ou latente (cfSd de préexcitation : variabilité). Elle peut apparaître lors d’un ralentissement (stimulation vagale spontanée ou induite) ou une accélération de la fréquence cardiaque (stimulation atriale ou épreuve d’effort). Elle peut disparaître avec l’âge. Les formes découvertes tardivement ne sont généralement pas symptomatiques. 
La définition d'une PE a été élargie pour inclure toute activation antérograde ou rétrograde par un faisceau accessoire [1].  
Complications.
Une préexcitation favorise le phénomène de réentrée et peut se compliquer de tachycardies réciproques et/ou de fibrillation/flutter atriale (cf. Syndrome de Wolff-Parkinson-White).
La plupart des patients (> 90%) restent asymptomatiques toute leur vie.
 
En raison du risque réel, mais exceptionnel de mort subite à l’occasion du passage en FA/flutter (1,3% par an [4]), la découverte d’un syndrome de préexcitation justifie pour certains une évaluation du risque de malignité.
 
L’exploration électrophysiologique en vue d’un traitement ablatif est réservée à certains patients, symptomatiques ou à haut risque rythmologique en raison d’une période réfractaire courte (cf. Fibrillation atriale et préexcitation). Une durée plus longue, qui correspond à la disparition de la préexcitation à une fréquence atriale peu élevée, est un argument pour une abstention.
 

 
[1] Laham J et Brembilla-Perrot B (2003) 
 
[2] Santinelli V, et al. The natural history of asymptomatic ventricular pre-excitation a long-term prospective follow-up study of 184 asymptomatic children. J Am Coll Cardiol. 2009 Jan 20;53(3):275-80 (téléchargeable)
 
 
[3] Al-Khatib SM, et al. Risk Stratification for Arrhythmic Events in Patients With Asymptomatic Pre-Excitation: A Systematic Review for the 2015 ACC/AHA/HRS Guideline for the Management of Adult Patients With Supraventricular Tachycardia: A Report of the American College of Cardiology/American Heart Association Task Force on Clinical Practice Guidelines and the Heart Rhythm Society. Circulation. 2016;133(14) (téléchargeable)
 
[4] Obeyesekere MN, Leong-Sit P, Massel D, et al Risk of arrhythmia and sudden death in patients with asymptomatic preexcitation: a meta-analysis. Circulation. 2012;125(19):2308-15
 
 
 
 
 
Dr Pierre Taboulet
Pierre Taboulet
Cardiologue
Urgentiste
Hôpital Saint-Louis (APHP)

 
Nouveau

ISBN : 978-2-35640-183-0

Éditeur
S-EDITIONS
(Ed. 01/2018)
 
 
Vous êtes le 16870431 visiteurs.