Site de formation à la lecture de l'ElectroCardioGramme.

Utilisateur 

Mot de passe 
 
  Physiologie
  Technique
  Terminologie
  Arythmie SV
  Arythmie V
  Blocs
  Coronaropathie
  Cardiopathie
  Toxique/métabolique
  Traitement
  Général
 
 
 
 
Alternance électrique de l’onde T
Alternance électrique des QRS
Artéfacts
Arythmie
Atrial(e) ou auriculaire
Auriculogramme
Axe des QRS
Axe droit ou hyperdroit
Axe gauche ou hypergauche
Axes particuliers
Battement de capture
Bigéminisme
Bitachycardie
Bradyarythmie
Bradycardie
Complexe de fusion
Complexe d’échappement
Complexe électro-entraîné
Complexe QRS isodiphasique
Complexes QRS ectopiques
Concordance du segment ST
Courant de lésion
Cupule digitalique
Cœur vertical
Déflexion
Déflexion intrinsécoïde
Dérivation
Dérivations concordantes
Déviation axiale
Dextrorotation
Discordance appropriée
Dissociation auriculo-jonctionnelle
Dissociation auriculo-ventriculaire
Dissociation électromécanique
Dissociation isorythmique
Echappement jonctionnel
Echappement ventriculaire
Écho atrial
Écho ventriculaire
Faisceau de Kent
Fréquence cardiaque
Fusion normalisante
Hypertrophie
Hypertrophie atriale droite
Hypertrophie atriale gauche
Intervalle
Intervalle P-R
Intervalle Q-T. 3a. QT corrigé (QTc)
Intervalle Q-T. 4a. Long
Intervalle R-R
Intervalle T-P
Inversion bénigne de l’onde T
Lésion sous-endocardique
Lésion sous-épicardique
Lévo-rotation
Ligne de base
Microvoltage
Nadir
Nœud hyperdromique
Onde delta
Onde epsilon
Onde f (fibrillation)
Onde F (Flutter)
Onde J
Onde J d’Osborn
Onde P
Onde P mitrale
Onde P pulmonaire
Onde P rétrograde
Onde P sinusale
Onde Q
Onde q septale
Onde R
Onde S
Onde T
Onde T ample
Onde T atriale (Ta)
Onde T inversée
Onde T inversée profonde
Onde U
Parasystolie
Pause
Point J
Précordium
Progression harmonieuse de R
QRS isodiphasiques
Repolarisation atriale
Repolarisation atypique du sujet jeune
Repolarisation féminine
Repolarisation masculine
Repolarisation précoce : anglais
Repolarisation précoce : francais
Repos compensateur
Retard droit
Retard gauche
Rotation antéropostérieure
Rotation transversale
Rythme
Rythme accéléré
Rythme d échappement
Rythme sinusal
S1Q3
Score de Romhilt-Estes
Segment PR (ou segment PQ)
Segment ST (ou segment JT)
Signe de Spodick
Sous-décalage de PQ (ou PR)
Sous-décalage du ST. généralités
Sous-décalage du ST. les étiologies
Spike
Strain pattern 
Super Wolff
Surcharge ventriculaire
Syncope
Syncope réflexe
Syncope rythmique
Syndrome de préexcitation
Syndrome du P-R court
Syndrome du QT court
Tachycardie
Tachycardies: classification ACC 2015
Temps d inscription de l onde R
Transition précoce
Trigéminisme
Troubles secondaires de repolarisation
Ventriculogramme
Zone de transition
 
 
 
 
Intervalle Q-T. 4a. Long

Prolongation anormale de l’intervalle Q-T. Le syndrome du long QT acquis est opposé au syndrome du long QT congénital, mais il existe des prédispositions génétiques à développer un long QT acquis. La distinction repose sur la réversibilité du QT long après disparition de sa cause (en général causes multiples).

Le diagnostic de "QT long" est évoqué devant un QT mesuré ≥ 10% du QT théorique (indexé sur la fréquence cardiaque réelle) et confirmé par la mesure de l’intervalle Q-Tc (indexé sur une fréquence cardiaque fixe de 60/mn) > 450 ms (homme) ou 470 ms (femme)

Rappelons que la mesure du QT est délicate et souvent erronée [1,2,3].

Comment mesurer le QT ? video P.Taboulet

Comment interpréter un intervalle QT ? 

Les risques rythmologiques sont les torsades de pointe et la fibrillation ventriculaire. Ils sont majorés par une bradycardie et une hypokaliémie. Le traitement préventif/curatif repose sur un monitoring hospitalier [Drew], un traitement antiarythmique préventif par magnésium, une correction de la kaliémie et l'arrêt des substances qui prolongent le QT.

 
Etiologies :
- médicaments : antiarythmiques de classe Ia (ex. quinidiniques) ou III (ex. amiodarone, sotalol), certains psychotropes (ex. phénothiazines, benzamides), certains anti-infectieux dont l’érythromycine, les quinolones, la spiramycine, le triméthoprime, l’amphotéricine B, les antipaludéens (chloroquine…), la prise de cocaïne au long cours et de très nombreux autres médicaments (anti-histaminiques, vasodilatateurs, méthadone…)[4]
- électrolytes : hypokaliémie, hypocalcémie
- causes diverses : un bloc AV du 3ème degré,une insuffisance coronaire, une hypothermie, une hémorragie sous-arachnoïdienne, une hypothyroïdie, un Takotsubo...
- anomalies congénitales : on parle dans ce cas du syndrome du QT long congénital. Rappelons que dans ce cadre le QT est fluctuant et peut être normal lors d’un enregistrement au repos. Des valeurs comprises entre 430–450 ms chez l’homme entre et  450–470 ms chez la femme doivent être considérées comme « borderline » [Goldenberg 2008, Priori 2013].
La prescription de médicaments allongeant le QT doit être prudente chez les patients âgés, avec une altération de la fonction rénale et une bradycardie (www.qtdrugs.org). Elle doit être interrompu si le QTc est > 500 ms; Elle est proscrite en cas de QT long congénital.
De même, il est recommandé de pratiquer un ECG au 4-7ème jour pour une mesure de QT chez les patients recevant certains antiarythmiques (en particulier ceux de la classe I ou le sotalol), un psychotrope à forte dose ou deux susbtances connues pour leur action sur le QT. Cette mesure doit être effectuée lors du pic plasmatique approximatif.
Lors de traitement non essentiel, une augmentation du QTc de plus de 30 ms ou une valeur du QTc supérieure à 470 msec justifie l’arrêt d’un traitement. Si le traitement paraît essentiel, sans alternative, bien toléré et sans arythmie sur un ECG des 24 heures, un QTc ≤ 500 ms est tolérable [5]. En cas de QTc > 500 ms ou torsades de pointes, le traitement doit être réduit ou interrompu.
 
En cas de prise de psychotropes, des recommandations danoises ont été formulées en 2014
 

Goldenberg I, Moss AJLong QT syndromeJ Am Coll Cardiol. 2008; 51(24):2291-300. Review. (téléchargeable)
 
[1] Rautaharju PM et al. AHA/ACCF/HRS Recommendations for the Standardization and Interpretation of the Electrocardiogram. Part IV: The ST Segment, T and U Waves, and the QT Interval. Circulation 2009; 119(10):e241-50. (téléchargeable)

[2] Priori SG et al. Consensus statement on the diagnosis and management of patients with inherited primary arrhythmia syndromes. Expert consensus statement on inherited primary arrhythmia syndromes: document endorsed by HRS, EHRA, and APHRS in May 2013 and by ACCF, AHA, PACES, and AEPC in June 2013. Heart Rhythm. 2013:e75-e106.

[3] Viskin S et al. Inaccurate electrocardiographic interpretation of long QT: the majority of physicians cannot recognize a long QT when they see one. Heart Rhythm. 2005;2:569 –574

ou Saoudi N (2004)
 
[5] Al-Khatib SM et al. What clinicians should know about the QT interval. JAMA 2003; 289:2120-7 (téléchargeable)

[6] Drew BJ, Califf RM, Funk M, et al; American Heart Association; Councils on Cardiovascular Nursing, Clinical Cardiology, and Cardiovascular Disease in the Young. Practice standards for electrocardiographic monitoring in hospital settings: an American Heart Association scientific statement ... Circulation. 2004;110(17):2721-46. (téléchargeable)
 
Kallergis EM, Goudis CA, Simantirakis EN, Kochiadakis GE, Vardas PE. Mechanisms, risk factors, and management of acquired long QT syndrome: a comprehensive review. ScientificWorldJournal. 2012;2012:212178.

 
 
 
 
 
Dr Pierre Taboulet
Pierre Taboulet
Cardiologue
Urgentiste
Hôpital Saint-Louis (APHP)

 
Ce site est construit à partir du livre

ISBN : 978-2-224-03101-5

publié chez
Vigot-Maloine
(Ed. 2010)
 
 
Vous êtes le 10363798 visiteurs.