Site de formation à la lecture de l'ElectroCardioGramme.

Utilisateur 

Mot de passe 
 
  Physiologie
  Technique
  Terminologie
  Arythmie SV
  Arythmie V
  Blocs
  Coronaropathie
  Cardiopathie
  Toxique/métabolique
  Traitement
  Général
 
 
 
 
Arrêt sinusal 
Arythmie sinusale
Bradycardie sinusale
Bradycardie sinusale inappropriée
Dysfonction sinusale
Extrasystole auriculaire
Extrasystole jonctionnelle
Faisceau de Kent : ECG
Fibrillation atriale 1. généralités
Fibrillation atriale 2. ECG
Fibrillation atriale 3a. FC lente
Fibrillation atriale 3b. FC rapide
Fibrillation atriale 4. QRS larges
Fibrillation atriale 5. Fx accessoire
Fibrillo-flutter
Flutter atrial
Flutter atrial à QRS larges
Flutter atrial atypique
Flutter quinidinique
Hyperexcitabilité auriculaire
Maladie de Bouveret
Maladie du sinus (sick sinus syndrome)
Maladie rythmique de l’oreillette
Paralysie sinusale (arrêt sinusal)
Rythme atrial accéléré
Rythme atrial multifocal
Rythme d échappement jonctionnel
Rythme du sinus coronaire
Rythme idiojonctionnel accéléré
Syndrome bradycardie-tachycardie
Syndrome de Jervell et Lange-Nielsen
Syndrome de Lown-Ganong-Levine
Syndrome de Romano-Ward
Syndrome de Wolff-Parkinson-White
Syndrome de WPW : tachycardies
Tachycardie atriale
Tachycardie atriale focale
Tachycardie atriale focale automatique
Tachycardie atriale focale réentrée
Tachycardie atriale multifocale
Tachycardie atriale par macroréentrée
Tachycardie de Bouveret
Tachycardie par réentrée électronique
Tachycardie sino-auriculaire
Tachycardie sinusale
Tachycardie sinusale inappropriée
Tachycardies à QRS fins
Tachycardies à QRS larges
Tachycardies incessantes de l’enfant
Tachycardies supraventriculaires
TJ 1. généralités
TJ 2. réciproque
TJ 3. réciproque par réentrée AV
TJ 3a. orthodromique
TJ 3b. antidromique
TJ 4. réentrée intra-nodale (TRIN)
TJ 5. réciproque permanente
TJ 6. automatique
Wandering pacemaker
 
 
 
 
Flutter quinidinique

Flutter auriculaire à conduction 1:1 en rapport avec une imprégnation quinidinique.

Ce trouble du rythme particulier survient lorsque la cadence d'un flutter est ralentie en deçà de 220/mn par des agents antiarythmiques de classe I tels la quinidine, et surtout  la flécainamide ou la propafénone.
 
Ces agents possèdent à la fois une action vagolytique qui améliore la conduction du nœud AV et une action stabilisante de membrane qui ralentit le flutter dans l’oreillette et la vitesse de conduction de l'influx dans les ventricules. Dans ces conditions, le nœud AV autorise une conduction 1:1 ce qui accélère brutalement la cadence ventriculaire, mais l'influx qui parvient dans les ventricules est considérablement ralenti, à l'origine d'un bloc de branche fonctionnel souvent très atypique (cf. Aberration)  lié à l'action stabilisante de membrane fréquence-dépendante. L’aspect qui résulte alors évoque une tachycardie ventriculaire.
 
Le traitement curatif repose sur l'administration d'un bêtabloquant type esmolol ou sotalol ou une cardioversion électrique.
 
Ce trouble du rythme, généralement mal toléré, doit être prévenu par l’administration d’agents freinant la conduction AV (ex. digoxine ou bêtabloquant*) lors de l’introduction d’un antiarythmique de classe I pour réduire un flutter. Il justifie que les quinidiniques ne soient pas recommandés pour une cardioversion en traitement ambulatoire (grade III) [1] et que les AAR de classe I soient CI en cas de bloc de branche ou cardiopathie préexistante.

*Bisoprolol 10 mg PO, par exemple

[1] Fuster V (2006)
 
 
 
 
 
Dr Pierre Taboulet
Pierre Taboulet
Cardiologue
Urgentiste
Hôpital Saint-Louis (APHP)

 
Ce site est construit à partir du livre

ISBN : 978-2-224-03101-5

publié chez
Vigot-Maloine
(Ed. 2010)
 
 
Vous êtes le 9072164 visiteurs.