Site de formation à la lecture de l'ElectroCardioGramme.

Utilisateur 

Mot de passe 
 
  Physiologie
  Technique
  Terminologie
  Arythmie SV
  Arythmie V
  Blocs
  Coronaropathie
  Cardiopathie
  Toxique/métabolique
  Traitement
  Général
 
 
 
 
Arythmie ventriculaire
Asystole
Cardiomyopathie/DVDA : TV
Commotio cordis
Extrasystole fasciculaire
Extrasystole infundibulaire
Extrasystole ventriculaire
Extrasystoles ventriculaires : droite
Extrasystoles ventriculaires : gauche
Extrasystoles ventriculaires bénignes
Extrasystoles ventriculaires malignes
Fibrillation ventriculaire
Flutter ventriculaire 
Indice de TV : généralités
Indice de TV : Pava : QRS DII
Indice de TV : Vereckei : QRS en VR
Indice de TV : Vereckei : ratio vi/vt
Intervalle Q-T. 5. Court
Mort subite
Phénomène R sur T
Rythme d échappement ventriculaire
Rythme idioventriculaire accéléré
Rythme infranodal
Score de TV (voir TV score)
Signe des oreilles de lapin
Syndrome de Andersen–Tawil
Syndrome de Brugada : généralités
Syndrome de Brugada : type 1
Syndrome de Brugada : type 2
Syndrome de repolarisation précoce
Syndrome du long QT acquis
Syndrome du QT court congénital
Syndrome du QT long congénital
Syndromes de l\'onde J
Tachycardie de Belhassen
Torsades de pointes 
Torsades de pointes : traitement
TV 1a. généralités
TV 1b. aspects ECG
TV 1c. algorithmes
TV 1d. TV score
TV 1e. diagnostics différentiels
TV 2a. retard droit (a)
TV 2a. retard droit (b)
TV 2b. retard gauche (a)
TV 2b. retard gauche (b)
TV 3. fasciculaire
TV 4. infundibulaire
TV 5. de branche à branche
TV 6. bidirectionnelle
TV 7a. polymorphe
TV 7b. polymorphe catécholergique
 
 
 
 
Torsades de pointes 

Tachycardie ventriculaire polymorphe de courte durée appelée ainsi par F. Dessertenne en 1966 en raison de la rotation en torsade des complexes ventriculaires. L’apparence est celle d’un flutter ventriculaire plus lent, avec des pointes qui s’inversent régulièrement de sens.

Les torsades sont secondaires à un syndrome du QT long acquis et/ou congénital. Le mécanisme arythmogène est un automatisme anormal par activité auto-déclenchée. Certaines torsades surviennent sur QT court (idiopathique ou digitalique). Elles s’accompagnent habituellement d’une syncope. Le risque majeur est la transformation en fibrillation ventriculaire.

Une torsade débute typiquement en rythme sinusal par une première extrasystole ventriculaire (ESV) à couplage court (ou « complexe particulier de Dessertenne ») suivie par un complexe sinusal à couplage long en raison du rrepos compensateur, à la suite duquel une seconde ESV tombe au sommet de l’onde T et déclenche la torsade
En fait, toute séquence qui réalise un couplage court-long-court peut déclencher une torsade. L’amplitude des QRS varie progressivement, et tous les 5 à 10 complexes leur axe change, le sommet de l’onde R semblant tourner autour de la ligne isoélectrique selon une rotation progressive et cyclique. La fréquence varie entre 200 et 250/mn pendant moins de 30 secondes [1].
Elles sont favorisées par une bradycardie, une hypokaliémie et/ou l’effet pro-arythmogène d’une substance ou médicament qui allonge le QT [2]. Au cours du syndrome du QT long congénital, la pause qui précède la torsade n’est pas habituelle et le QT peut être normal à distance de l’épisode. En revanche, le QT peut s’allonger brutalement sous l’action accrue du tonus sympathique ce qui reproduit la séquence de couplage court-long-court et favorise la torsade. Une onde U proéminente et une alternance des ondes U (ou T) sont des signes prémonitoires, parfois en l'absence de QT long [4].
 
 

[1] Viskin S (1998)
 
[2] Liste des substances sur www.azcert.org
[3] Zipes DP (2006)
[4] Kirchhof P, Franz MR, Bardai A, Wilde AM. Giant T-U waves precede torsades de pointes in long QT syndrome: a systematic electrocardiographic analysis in patients with acquired and congenital QT prolongation. J AmColl Cardiol. 2009;54(2):143-149.
 
 
 
 
 
Dr Pierre Taboulet
Pierre Taboulet
Cardiologue
Urgentiste
Hôpital Saint-Louis (APHP)

 
Ce site est construit à partir du livre

ISBN : 978-2-224-03101-5

publié chez
Vigot-Maloine
(Ed. 2010)
 
 
Vous êtes le 11401858 visiteurs.