Site de formation à la lecture de l'ElectroCardioGramme.

Utilisateur 

Mot de passe 
 
  Physiologie
  Technique
  Terminologie
  Arythmie SV
  Arythmie V
  Blocs
  Coronaropathie
  Cardiopathie
  Toxique/métabolique
  Traitement
  Général
 
 
 
   
 
 
 
Indice d’HVG : 1. généralités

Indices ECG de masse ventriculaire dont la positivité présage l’existence d’une hypertrophie ventriculaire. Leur calcul repose sur le principe de proportionnalité entre activité électrique et masse musculaire. Ils ont une bonne spécificité proche de 90%, mais une sensibilité basse proche de 30% (avec l’échocardiographie comme référence) [1]. Ces indices sont moins sensibles chez la femme, l'obèse, les sujets âgés et en cas de processus dégénératif du myocarde avec hypertrophie excentrique, et ils sont moins spécifiques chez l'homme jeune. 

Ces indices sont des grandes ondes R isolées ou des combinaisons de grande(s) onde(s) R et de grande(s) onde(s) S ; en effet, plus il y a de muscle en regard d’une électrode, plus l’onde R est ample et large; plus il y a de muscle dans le territoire opposé à l’électrode plus l’onde S est profonde et large. Pour une mesure précise, la position des électrodes doit être extrêmement rigoureuse.
A - Certains indices explorent le ventricule gauche (cf. Hypertrophie VG):
1 - indices d'amplitude monodérivation 
Frontales 
- RDI > 15 mm (plus spécifique si RDI > 20 mm),  
- RVL > 11 mm ou RVF (DII ou DIII) > 20 mm (Sokolow-Lyon voltage), 
- RVL > 12 mm (Minnesota Code Classification), 
- R + S > 19 mm en n’importe quelle dérivation
NB. Pour certains, l’absence d’amplitude de R en VL ≥ 5 mm doit remettre en question chez l’hypertendu la possibilité d’une HVG.
Précordiales 
- SV1 > 23 mm ou SV2 > 25 mm (plus spécifique si SV1/V2 > 30 mm)
- RV5 > 33 mm ou RV6 > 25(26) mm (indice de Lenègre), 
- RV5/V6 > 1, 
- R + S > 35 mm en une dérivation (score de Sokolow modifié, plus spécifique si > 45 mm), RV5/V6 > 26 mm, 
- RI/II/III/aVF > 20 mm, SV1/2 > 30 mm ou RV5/6 > 30 mm (Romhilt-Estes point score).
L’absence d’amplitude de R en VL ≥ 5 mm doit remettre en question la possibilité d’une HVG. 
 
2 - indices combinés

- indice de Sokolow : SV1 + RV5/V6 ≥ 45 mm chez l’homme jeune (ou sinon ≥ 35 mm); et autre indices dérivés : indice de Romhilt positif si SV2 + RV5/V6 ≥ 45 mm et indice de Murphy positif si SV1/V2 + RV5/V6 ≥ 35 mm (Sokolow modifié + sensible)

- indice de Cornell : RVL + SV3 > 28 mm (femme 21 mm, homme 28 mm), ou iindice de Perugia : RVL + SV3 > 24 mm (moins spécifique)

- Indice de Peguero-Lo Presti positif si SDeepest + SV4 ≥ 23 (femme) ou 28 mm (homme) : excellente spécificité (90%) avec une sensibilité 62% supérieure à Cornell 35%.  Attention à son emploi en cas de bloc fasciculaire antérieur gauche et chez les hommes jeunes (faux positifs).

- indice de Gubner-Ungerleider : RDI + SDIII > 22 mm (plus spécifique > 25 mm)

- indice de Lewis : (amplitude absolue du QRS en DI) - (amplitude absolue du QRS en DIII) ≥ 20 mm (plus spécifique ≥ 25 mm chez l’homme jeune)

- score de Framingham : (RDI + SDIII > 25 mm) + (SV1/2/3 > 25 mm) + (RV4/5/6  > 25 mm) + surcharge ventriculaire + hypertrophie atriale gauche (1 point par item
3. Indices multiparamétriques
Le score de Romhilt-Estes - qui combine l’amplitude de certaines déflexions avec d’autres signes d’HVG comme le Strain pattern est plus spécifique que les indices d’amplitude pris isolément, mais il ne serait pas assez sensible chez le patient hypertendu [3-5]. Il détecte une HVG en l'absence d'ondes S ou R très voltés...
L’informatique a introduit récemment d’autres critères plus performants comme les produits du voltage par la durée du QRS, la surface réelle des QRS et des scores plus complexes intégrant des multiparamètres ECG mais aussi l'âge, le genre et le BMI [Casale, Lu]. L’aire sous la courbe du QRS (voltage/temps) - calculée par informatique - serait mieux corrélée à la masse ventriculaire gauche que les indices d’amplitude [2]. 
NB. Il est possible de faire le diagnostic d'HVG en cas de BBG ou BBD
 
B - D’autres indices explorent le ventricule droit (cf. Hypertrophie ventriculaire droite).
 


[1] Hancock EW, Deal BJ, Mirvis DM, Okin P, Kligfield P, Gettes LS, et al. AHA/ACCF/HRS recommendations for the standardization and interpretation of the electrocardiogram: part V: electrocardiogram changes associated with cardiac chamber hypertrophy: ... J Am Coll Cardiol 2009;53:992-1002
 
 
[2] Okin PM (1998)
 
 
[3] Jaggy C (2000)
 
 
[4] Pewsner D, et al. Accuracy of electrocardiography in diagnosis of left ventricular hypertrophy in arterial hypertension: systematic review. BMJ 2007; 335:71
 
 
[5] Man S et al. Role of the vectorcardiogram-derived spatial QRS-T angle in diagnosing left ventricular hypertrophy. Journal of Electrocardiology 45 (2012) 154–16
 
 
[6] Levy D (1990)
 
 
Gubner R, Ungerleider HE. Electrocardiographic criteria of left ventricular hypertrophy. Arch Intern Med 1943;72:196-20
 -------------
Peguero JG, Lo Presti S, Perez J, Issa O, Brenes JC, Tolentino A. Electrocardiographic Criteria for the Diagnosis of Left Ventricular Hypertrophy.  J Am Coll Cardiol. 2017;69(13):1694-1703

Casale PN, Devereux RB, Alonso DR, Campo E, Kligfield P. Improved sex-specific criteria of left ventricular hypertrophy for clinical and computer interpretation of electrocardiograms: validation with autopsy findings. Circulation. 1987;75(3):565-72

Lu N, Zhu JX, Yang PX, Tan XR. Models for improved diagnosis of left ventricular hypertrophy based on conventional electrocardiographic criteria. BMC Cardiovasc Disord. 2017;17(1):217.
 

 
 
 
 
 
 
Dr Pierre Taboulet
Pierre Taboulet
Cardiologue
Urgentiste
Hôpital Saint-Louis (APHP)

 
Ce site est construit à partir du livre

ISBN : 978-2-224-03101-5

publié chez
Vigot-Maloine
(Ed. 2010)
 
 
Vous êtes le 13276022 visiteurs.